MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Blog en pause : Les publications reprennent le 26/12
Contribuer

Je réponds à vos principales questions sur la sûreté ferroviaire…

42
Publié le 12/08/2015

Sûreté ferroviaireJe vous ai préparé une Foire aux Questions sur la base de vos interventions qui ont nourri le billet « Nos agents de la sûreté ferroviaire vous consultent ». Vos retours ont notamment montré que vous étiez curieux d’en savoir plus sur les acteurs de votre tranquillité et leur pouvoir d’action, la surveillance effectuée en gare et à bord des trains, ce qui est verbalisable, les outils à votre disposition en cas de problème…

Sûreté ferroviaire, médiateur, vigile ? Qui fait quoi ?

Plusieurs acteurs interviennent pour préserver votre tranquillité. Il y a ceux qui ont plutôt vocation à faire de la prévention (les médiateurs, les vigiles…), et ceux qui sont là pour relever les infractions et intervenir si nécessaire.
A ce sujet, je vous mets en lien une plaquette qui vous apportera des informations sur le périmètre de chacun des acteurs que vous êtes susceptibles de croiser lors de vos déplacements.

Quel est le pouvoir d’action de ces différents acteurs et des équipes de la Sûreté Ferroviaire en particulier par rapport aux différents types d’incivilités ?

Les agents de la Sûreté Ferroviaire sont assermentés. Ils ont des pouvoirs de police judiciaire qui leur permettent, entre autres, de constater par procès-verbaux les infractions à la Police Des Chemins de Fer… Les vigiles et les médiateurs, eux, ne peuvent pas le faire.

Pourquoi les équipes de la Sûreté Ferroviaire n’interviennent-elles pas en civil ?

Les missions en tenue civile existent mais leurs mises en place sont cadrées par un décret. Nous attendons une évolution réglementaire…

Toutes les incivilités sont-elles verbalisables par la Sûreté Ferroviaire ?

On peut dire que la majorité des incivilités sont verbalisables par la Sûreté Ferroviaire. Les textes relatifs à la Police Des Chemins de Fer sont très complets. Parmi ce qui est verbalisable, on trouve :
o « l’utilisation d’un appareil sonore dans un train, une gare ou sur un quai » (écouter de la musique, jouer de la guitare…)
o « les souillures » comme les pieds sur les banquettes ou les immondices
o « cracher »
o « le franchissement irrégulier des lignes de contrôles (tourniquets)
o « la violation de l’interdiction de fumer ».

Vos équipes de Sûreté Ferroviaire sont-elles suffisamment nombreuses ? Seront-elles étoffées ? Vos équipes pourrait-elle être divisées pour une meilleure répartition et pour couvrir une plus grande zone ?

270 hommes et femmes de la Sûreté Ferroviaire travaillent sur le réseau de Paris Saint-Lazare. Ces agents sont répartis sur 3 agences (Paris Saint-Lazare / Conflans / Mantes la Jolie).
La constitution des équipes n’est pas amenée à évoluer. Les équipes interviennent sur la période de circulation des trains et assure la surveillance des lignes et des installations pendant la nuit.

Quid de la présence de vos équipes de Sûreté Ferroviaire à bord en heure de pointe ?

Nous sommes conscients de la gêne occasionnée mais nous ne pouvons pas ne pas accompagner les trains aux heures de pointe.

Vapoter ? Autorisé ou pas ? Sanctionnable ou pas par vos équipes ?

Nos équipes de Sûreté Ferroviaire comme celles de contrôleurs peuvent verbaliser les « vapoteurs » au même titre que les « fumeurs » pour « violation de l’interdiction de fumer » (à ce jour, 68 euros auquel s’ajoute 30 euros de frais de dossier si la transaction immédiate est refusée). Il n’y a pas de pictogramme spécifique actuellement. La Direction Transilien est sur le sujet pour qu’il en soit créé un.

A quoi ça sert de verrouiller parfois la première voiture des rames à 2 niveaux ? C’est uniquement pour la tranquillité du conducteur ?

La configuration de la voiture condamnée (avec un recoin isolé) encourage les incivilités. Avec la condamnation de cette voiture, les voyageurs « isolés » ne le sont plus en rejoignant les autres voyageurs dans les voitures suivantes.

La vidéo-surveillance à bord des trains est-elle envisagée ?

Aujourd’hui sur la ligne J, seuls les Franciliens sont équipés de systèmes de vidéosurveillance. A terme et à l’occasion du renouvellement de matériel, tous les trains sur le réseau Transilien seront équipés de système de vidéosurveillance. La vidéosurveillance à bord ne signifie pas la présence d’une équipe pour surveiller en permanence ce qui se passe à bord. Les bandes vidéo sont « réquisitionnables » dans le cadre d’une enquête judiciaire.

Et en gare, ça se passe comment ? Comment sont-elles surveillées ?

Dans les gares, il y a en revanche un système de vidéo-protection en temps réel avec une équipe qui surveille ce qui se passe. La veille active réalisée avec la vidéoprotection permet d’exercer une surveillance approfondie d’un secteur dans un créneau horaire déterminés en fonction des faits sûreté portés à notre connaissance ou de l’évènementiel (manifestation sportive / culturelle, concert…).

Que faites-vous pour lutter contre le sentiment d’insécurité à bord des trains ?

Il existe un numéro à retenir et composer en cas de problème à bord d’un train Transilien. C’est le 31 17. Certains voyageurs ont fait remarquer que ce moyen n’était pas toujours le plus adapté (le plus discret) pour lancer une alerte. Le 31 17 « version SMS » devrait voir le jour dans les prochains mois. Nous réfléchissons également à des moyens de communication pour faire connaitre ce numéro, encore trop souvent méconnu.

Répression ou prévention, quelle est la position de la SNCF sur ce point ?

Nos clients nous le disent, ils veulent de la répression. Une première réponse a été apportée par la Direction Transilien avec la réalisation d’une affiche sur le rappel de risques encourus en cas d’atteintes physiques ou verbales.

 

Prochainement et pour continuer d’explorer les différents aspects liés à la « sûreté », je consacrerai un billet sur « les coulisses » des bornes d’appel d’urgence…

42 commentaires pour “Je réponds à vos principales questions sur la sûreté ferroviaire…”

  1. nono95240Passer au statut dit :

    Chère Pascale,
    Merci pour ce billet.
    Sur le volet cigarette, je suis très septique, il faut passer aux actes : rien qu’hier à 18h en rentrant pas la rue de rome, j’ai rencontré 3 fumeurs sur la voie 1 avant de passer dans le souterrain, à Argenteuil 2 personnes fumaient sur le quai tranquillement à moins de 10m des agents sur le quais, et j’en passe….
    Vous avez besoin d’argent et souhaitez améliorer les conditions de transports (d’odeur notamment) des cliens? Il n’y a pas grand chose à faire : faites des vraies bonne descentes organisées et verbaliser chaque fumeur…vous verrez, vous allez faire du chiffre et nous en serons ravis !

    • Raymond95 dit :

      Bonjour Nono95240
      Je rappelle que l’interdiction de fumer est encadrée par le décret 2006-1386 du 15/11/06.
      Il instaure ou rappelle « l’interdiction de fumer dans les lieux publics fermés et couverts ».
      Ainsi fumer dans la rue ou sur un quai de gare ouvert aux 4 vents n’est pas interdit pas la loi, sauf en ce qui concerne les gares parisiennes intra-muros par décret 2007-20068 du préfet de police qui déroge au droit commun.
      Fumer sur la voie 1 à St Lazare est donc interdit, fumer sur un quai en plein air à Argenteuil ne l’est pas.
      Personnellement je suis non fumeur, mais j’essaye d’être tolérant, si une personne arrivée avant moi fume sur un quai en plein air je ne vais pas m’installer à côté d’elle car la fumée me gêne. En contrepartie je remarque que certains fumeurs sont respectueux et s’isolent pour fumer sans gêner, alors pourquoi aller les embêter ?

    • nono95240Passer au statut dit :

      Bonjour Raymond95,
      Merci pour vos précisions. Loin de moi l’idée d’aller faire la « chasse aux sorcières » et je fais bien la distinction entre les fumeurs respectueux et ceux qui ne le sont pas.
      De ce dernier cas, je suis d’avis que :
      1/ la liberté des uns commence là où s’arrête celle des autres,
      2/ quand des règles existent, il faut les faire appliquer, c’est une question de crédibilité pour la SNCF mais aussi de respect des ses clients que lesdites dispositions protègent.

      Les fumeurs contrevenants sont un exemple parmi d’autres, je ne focalise pas dessus, soyez en assuré.
      Ceci étant, je pense que l’on devrait être cohérents : la fraude et les incivilités coutent chers à nous tous (clients et contribuables financeurs du STIF via la Région). Aussi, je pense que nous sommes légitimes à faire en sorte que l’on respecte et fasse respecter comme il se doit les biens et les personnes, pas plus pas moins! :-)
      Bien à vous

  2. linor9510 dit :

    Merci pour ce billet. C’est vrai que pour la cigarette, il y a un vrai problème: j’en vois souvent à PSL. De plus, il y a des annonces qui rappellent bien l’interdiction de fumer dans la gare et sur les quais et des pictogrammes. Mais hélas,ce n’est pas suffisant. Sans parler des pieds sur les sièges, les détritus jetés dans le train et j’en passe!

    • linor9510 dit :

      Bonjour, je voulais faire le récit d’une scène à laquelle j’ai assisté vendredi soir sur le quai transversal à PSL, vers 18h15. Alors que j’attendais le 18h23 pour Pontoise, j’ai vu un homme visiblement en colère et pour passer, il a plié ses coudes et en passant, il a touché 2/ 3 personnes. Déjà, il avait de la place pour passer,mais en plus je pense bien qu’il l a fait fait exprès car il est arrivé à hauteur des personnes et a écarté ses coudes à ce moment en donnant des coups aux personnes! Une des personnes touchées par les coups de coudes s’est énervée en lui faisant une remarque, le donneur des coups l’a injurié et celui qui reçut le coude s’est défendu verbalement.

    • PascalePasser au statut dit :

      Un exemple d’incivilité quotidienne malheureusement :(

    • toni07 dit :

      Soit cette personne est agressive, soit son train a été affiché 2 minutes avant le départ, voie 27 alors qu’elle attendait voie 10. Bon, pour le blog on dira que les gens sont agressifs, pas que la gestion des flux est catastrophique à PSL.
      « Mais il y a des équipes mobiles avec des sabres laser, qui indiquent le métro, et des jolis lampions ligne J, ligne L! ». Ah bah oui, ça change tout.

  3. Nos équipes de Sûreté Ferroviaire comme celles de contrôleurs peuvent verbaliser les « vapoteurs » au même titre que les « fumeurs » pour « violation de l’interdiction de fumer »

    Encore faut-il que les vapoteurs sachent qu’ils n’ont pas le droit de vapoter ! L’un d’eux me soutenait le contraire récemment. J’espère qu’un rappel est fait avant la verbalisation.

    La configuration de la voiture condamnée (avec un recoin isolé) encourage les incivilités. Avec la condamnation de cette voiture, les voyageurs « isolés » ne le sont plus en rejoignant les autres voyageurs dans les voitures suivantes.

    Sauf que certains ne se gênent pas pour fumer ailleurs. D’autre par, il serait judicieux de déverrouiller cette voiture en cas de voiture condamnées ailleurs sur la rame.

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • nono95240Passer au statut dit :

      +1 Franck sur les fumeurs et vapoteurs!
      Pascale,
      Il faut être plus efficaces dans la communication qui doit être faite directement par la SUGE, les contrôleurs voire la Police.
      Ensuite, il faut VERBALISER : n’ayons pas peur des mots. Il y a un moment où il faut vraiment agir car les fumeurs et vapoteurs se sentent ‘chez eux’ sur les quais.
      Allez chez nos voisins européens et vous verrez qu’en termes de respect des règles cela marche : les amendes et contrôles sont dissuassifs, ill n’y a pas de secret!

    • StephanePasser en mode normal dit :

      D’accord avec vous, Franck, s’agissant de la voiture-pilote qui, de plus, contient un des 3 seuls WC restant depuis la rénovation des VB2N !

    • linor9510 dit :

      Je ne pensais pas qu’il était interdit de vapoter. Je ne fume pas, ne vapote pas mais, j’en vois beaucoup à PSL, et pas que dans une seule zone! De plus, l’interdiction de fumer est rappelée sur les quais, dans la gare via des annonces et dans les écrans du Francilien. Pourtant, je constate ( je ne suis pas la seule personne) que, l’interdiction est très loin d’être respectée. La verbalisation est sûrement un début de piste mais, je ne sais pas si ça dissuadera certains.

    • PascalePasser au statut dit :

      La verbalisation est indispensable pour faire respecter l’interdiction.

  4. PascalePasser au statut dit :

    Nous partageons totalement votre point de vue sur la verbalisation et la tolérance 0 concernant les fumeurs. La verbalisation est bien intégrée par nos équipes (contrôleurs et sûreté ferroviaire). Il faut sans doute renouveler et conduire des opérations ciblées comme on a pu le faire avec votre aide en juin dernier. En interne, et concernant la présence de fumeurs à bord des trains notamment, nous avons pu constater l’efficacité d’opérations ciblées et répétées. Concernant le vapotage, nous avons demandé à la Direction Transilien la création d’un pictogramme spécifique. Et puis, nous avons également des idées d’opérations un peu différentes, plus pédagogiques comme des rencontres avec des clients/médecins pour échanger sur le tabac et ses méfaits…

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Pascale, sur quels texte et/ou jurisprudence vous fondez-vous pour verbaliser les vapoteurs ?

    • PascalePasser au statut dit :

      Stéphane, après étude de l’arrêt rendu par le Cour de cassation le 26 novembre 2014 (pourvoi n° 14-81888) sur la cigarette électronique, il a été décidé de maintenir la position de l’entreprise en la matière et de ne faire aucune distinction dans la verbalisation des fumeurs.
      Les fumeurs d’e-cigarettes restent donc verbalisables, comme les fumeurs de cigarettes traditionnelles, sur le fondement de l’article 80-2 al. 3 du Décret 42-730 du 22 mars 1942.

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Etrange conclusion de l’étude d’un arrêt qui approuve la décision du juge de proximité de Paris ayant relaxé une personne verbalisée pour infraction à une interdiction de fumer alors qu’elle faisait usage d’une cigarette électronique dans l’enceinte de la gare SNCF de Neuilly-Porte Maillot en considérant que les textes de répression sont d’interprétation stricte et que l’interdiction de fumer a été prévue alors que la cigarette électronique n’était pas encore utilisée, que celle-ci ne saurait être assimilée à une cigarette traditionnelle et que le liquide, mélangé à l’air, est diffusé sous forme de vapeur et qu’en conséquence les articles L. 3511-7 du code de la santé publique et 80-2, alinéa 3 du décret du 22 mars 1942 ne sont pas applicables à I’espèce !
      La SNCF ferait donc mieux de demander au Gouvernement qu’un texte prohibant le vapotage dans les mêmes lieux que la tabagie « traditionnelle » soit édicté plutôt que de nier l’évidence jugée par la Cour de cassation.

    • wagonman dit :

      +1 Stéphane,
      Effectivement chez Transilien ils ont un don pour interpréter chaque situation comme ils l’entendent.
      Que la SUGE fasse le ménage sur le quai n° 1 pour commencer elle va pouvoir verbaliser à tout va.

  5. StephanePasser en mode normal dit :

    Pascale, les agents de médiation rappellent-ils aussi les règles avant que des conflits ne soient engendrés en conséquence de leur non-respect ?
    Car je n’en ai pas toujours l’impression ! Il arrive même que certains ne donnent pas l’exemple en faisant du bruit avec leur portable ou en gênant la montée…

    • PascalePasser au statut dit :

      Les agents de médiation ont pour rôle effectivement de rappeler les règles à respecter comme ne pas mettre ses pieds sur les sièges, ne pas mettre de musique forte dans le train, ne pas fumer… Sur l’exemplarité et quand j’ai des retours de « non-exemplarité » sur le blog, je transmets immédiatement à leur responsable d’équipe pour que des rappels soient faits. C’est bien entendu essentiel. Crédibilité rime avec exemplarité.

  6. toni07 dit :

    Une fois de plus je me sens bien seul sur ce blog: je ne comprends votre acharnement sur les fumeurs. Ils sont bien souvent dans la partie la plus avancée de psl (là où il n’y a plus de toit, donc dehors à 100%). A moins d’être un ancien fumeur frustré, je ne comprends pas cette position (je suis moi-même non fumeur).
    Il y a tellement de points à améliorer que cette poussière de problème: la ponctualité et non-suppression des trains, la propreté de ceux-ci, la propreté de la gare (ça sent l’urine dans tous les escaliers sur les quais), le rebouchage des trous dans le toit, la réparation des écrans cassés…
    Mais c’est vrai que c’est plus simple de s’en prendre au pauvre type qui s’en grille une tranquillement.

    • LantarPasser au statut dit :

      La loi doit être appliquée sinon il n’y a plus de liberté possible.

    • Solvejg dit :

      Personnellement la fumée cigarette me gène bien plus que les odeurs de pisse.
      De plus le premier nuit à la santé des non fumeurs qui n’ont rien demandé alors que le second est inconfortable mais sans conséquence sur la santé des voyageurs.

    • toni07 dit :

      Parce que vous sentez l’odeur de cigarette des gens qui fument au fond de PSL? Vous devez avoir des narines sacrément proéminentes…
      Je suis d’accord sur le point de la santé, c’est sûr que l’urine c’est a priori moins nocif que le tabac. Personnellement, je préfère qu’on fume à côté de moi plutôt qu’on urine à côté de moi, m’enfin chacun son truc…
      Pour ce qui est de la loi qui doit être appliquée coûte que coûte, ça me fait toujours bien rire. Appliquons-là partout alors: verbalisons tous ceux qui n’ont pas de titre de transport (et non 5%), empêchons les gens de rentrer avec 1 vélo pendant les heures de pointe, mettons des amendes à ceux qui taguent les trains, qui détériorent les sièges, fenêtres, etc… Ah oui, et sanctionnons la SNCF qui fait payer des abonnements à un service qu’elle n’assure pas.

      La liste est longue, alors commençons par ceux qui nuisent le plus, non? Ca me fait penser à la taxe sur les véhicules polluants, où on va embêter le pauvre type qui roule en Renault 11 parce qu’il ne peut pas s’acheter autre chose, par contre le *** en 4×4 peut rouler tranquille.
      Le grilleur de cigarette esseulé et le conducteur sans le sou sont des cibles bien faciles.
      Avec des raisonnements comme ça on comprend mieux pourquoi la ligne en est à ce stade avancé de détérioration.

      Ce matin, vu le m**dier, beaucoup en ont profité pour s’en allumer une petite sur le quai d’Argenteuil, où le train était retenu 10 minutes sans info. J’étais assez content pour eux, au moins eux ils vivent, pas comme ces moutons qui sont restés 10 min le nez dans leur téléphone. En plus ces fumeurs n’avaient rien demandé, c’est une fois de plus la faute de la SNCF.

    • EricBarthas dit :

      Toni007, c’est une question de principe.Si on installe une tolérance, elle rendra impossible une application plus stricte ultérieure. Mais d’accord avec les autres remarques tous les sujets devront être traités avec la même fermeté. Sauf que la cigarette est un nuisance directe des uns sur les autres, contrairement aux autres incivilités.

    • toni07 dit :

      C’est flatteur mais je ne suis que 07 :). J’espère au moins que vous en avez autant contre les conducteurs de voiture, parce qu’ils sont juste un peu plus nocifs et nombreux que les fumeurs dans les gares de la J…

    • Lara dit :

      Oups ! Posté trop vite ! Je voulais également rajouter ceux qui ne proposent pas leur siège à une femme enceinte ou une personne âgée…..Et j’en passe, car à prendre les transports tous les jours, on pourrait établir une liste à l’infini.
      Alors montrer du doigt et vouloir verbaliser les fumeurs qui s’en grillent une sur le quai est une action de mauvaise foi, quand d’autres fument dans les wagons en toute impunité !!!!

    • Natalia dit :

      MERCI !!

    • Lara dit :

      Bonjour toni07 (et pas encore 007 !!!)
      Je rejoins votre point de vue. Cibler essentiellement ce genre de nuisances, occulte toutes les autres.
      En effet, que dire des personnes en groupe qui parlent tellement fort qu’il est impossible de lire et qui tapent sur le système. Ceux qui parlent au portable pour tout le wagon !

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Attention, Lara, tous les comportements incivils ne sont pas pénalement réprimés car il n’existe pas toujours une incrimination, c’es-à-dire un texte réglementaire prévoyant une sanction (amende) ! Pascale, vous pourriez peut-être nous en redonner la liste avec les peines encourues ? Nous dire si la SNCF envisage d’en créer de nouvelles (projet de réforme du décret de 1942 en cours) ?

    • nono95240Passer au statut dit :

      Tout à fait d’accord avec Stéphane.
      Commençons déjà à avoir une crédibilité vis à vis des comportements délictueux et après on peut avoir une véléité à rappeler les « bonnes manières ».
      Si la SNCF fait ce qu’il faut sur le sujet dans le bon order, alors il y aura un regain de crédibilité de son image et un regain de bien être pour les clients.
      Il faut juste vouloir et s’en donner les moyens. Je suis certain que cela coute moins cher de payer des équipes de sûreté à faire des descentes ponctuelles et ciblées que de faire des opérations marketing bidons dont tout le monde se fiche (pelliculage, sabres lasers,…).
      Bien à vous

    • PascalePasser au statut dit :

      Pour faire simple et d’une manière générale, sont verbalisables toutes les infractions de comportement et les infractions tarifaires. Pas de liste exhaustive à vous fournir mais en pièce jointe la liste des textes sur lesquels s’appuient les équipes de la sûreté ferroviaire pour intervenir.

    • nono95240Passer au statut dit :

      Pascale,
      Ok mais sur le fond, concrètement, quels sont les chiffres d’infractions constatées et verbalisées sur le réseau st-lazare par les équipes de sûreté?
      La SNCF dit bien chaque année que la fraude lui coûte X M€ donc il doit bien y avoir des statistiques sur la délinquance ferroviaire ainsi que le nombre d’amendes recouvrées.
      Encore une fois, demandez aux Suisses ou aux Belges, ils vous diront que les infractions sont limitées car les sanctions sont appliquées et elles sont dissuasives en montant…
      Bien à vous,

    • PascalePasser au statut dit :

      Très honnêtement Nono95240, ces chiffres existent bien sûr mais je n’ai pas reçu l’autorisation de vous les communiquer pour des raisons de confidentialité.

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Pascale, pouvez-vous être plus précise sur ces « raisons de confidentialité » ? Une référence juridique ?

    • nono95240Passer au statut dit :

      Pascale,
      Tout comme Stéphane, je ne vois pas sur quel fondement cette confidentialité est basée….
      Les données de la délinquance en Francesont publiques et disponibles sur les sites gouvermentaux.

      Qu’avez-vous comme motifs précis svp?

    • PascalePasser au statut dit :

      On dispose de chiffres détaillés, par zone géographique et même par gare… Mais on les garde précieusement sans communication à l’externe pour nous permettre d’intervenir avec nos équipes, là où c’est opportun. Afin de garantir l’efficacité de ces opérations, vous comprendrez que l’on ne peut pas vous en dire plus !

    • nono95240Passer au statut dit :

      Pascale,
      On peut comprendre le fait de ne pas aller dans autant de détail mais il me semble que vous pourriez très bien communiquer les chiffres relatifs au réseau st-lazare qui par sa taille permet de tirer certains enseignements:
      – X infractions constatées relatives à Y et Z causes,
      – X verbalisations,….Y € de recouvrement d’amendes.
      Il me semble que c’est concret à double titre :
      1/ vous communiquer des éléments objectifs
      2/ vous donner un argument dissuasif en expliquant ce qui est poursuivi en effectif et ne reste pas impuni…

      Je en suis pas un communiquant mais je puis vous dire que la dissuasion est souvent une arme efficace : dans les réseaux de bus privés cela est utilisé souvent, à l’étranger idem… et le resultat est là : les gens respectent et se sentent en sécurité…et gain d’activité à la clé.

      Bien à vous

    • PascalePasser au statut dit :

      Vous savez nono95240 que, quand je peux, je vous fournis des chiffres. Dans le cas présent, ce n’est pas du tout dans notre intérêt. En revanche, voilà ce que je vous propose : des opérations sont régulièrement montées sur la base des signalements que nous pouvoir recevoir (y compris et de plus en plus via le blog, la boite aux lettres du blog et Twitter qui monte vraiment en puissance). Je vous propose de m’en faire l’écho sur ce blog quand j’ai des retours… Bien plus que des constats, ce sont les résultats qui comptent, n’est-ce pas ?

  7. Le Privatisateur dit :

    Pascale
    Vos copains de twitter ont l’air plus en avance que vous encore une fois !
    On nous parle d’un QR code à scanner pour dénoncer la propreté et le confort à bord des trains.
    Ce système sera appliqué sur Mantes Paris via Poissy ?
    Un voyage = un post vu les conditions dans lesquelles nous voyagons….

    • PascalePasser au statut dit :

      Le copain de Twitter, c’est moi en l’occurrence !! ;) Et oui, je m’occupe aussi du fil Twitter (hors partie trafic). Un billet est à venir sur le sujet bientôt sur le blog… Pour répondre en avant-première à votre question, oui, le système sera aussi disponible sur l’axe Paris/Mantes via Poissy…

  8. IDup dit :

    Bonjour,

    Actuellement je suis GAV, gendarme adjoint volontaire, j’aimerai me reconvertir dans le domaine de la sécurité.. et être agent de sûreté ferroviaire pourrai être une idée, mais je me pose énormément de questions, est-ce que ce métier est aussi contraignant que le métier de gendarme ? Est-ce que la disponibilité est poussé jusqu’à un casernement ? Ou comme en police, l’agent retourne auprès de sa famille à la fin du service ?
    Devrai-je repasser une habilitation au port d’arme ?

    • PascalePasser au statut dit :

      IDup, serait-il possible de me transmettre vos coordonnées via la boite aux lettres du blog maligneJ@sncf.fr ? Je pourrai alors vous mettre en contact avec des collègues de la Police Ferroviaire pour que vous puissiez échanger avec eux…

Les commentaires sont fermés.