MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Blog en pause : Les publications reprennent le 26/12
Contribuer

Le Francilien vu par Ludovic, conducteur sur la ligne J (épisode 2)

21
Publié le 9/09/2014

DSC_0021Bonjour, la semaine dernière, j’ai partagé avec vous les premiers échanges que Pascale, ma collaboratrice, a eus avec Ludovic, conducteur du Francilien sur l’axe Paris / Ermont. Je vous invite aujourd’hui à découvrir la suite de cette interview…

Pascale : En cas d’incident technique, la technologie du Francilien permet-elle d’agir plus rapidement et plus efficacement ?

Ludovic : Pour les incidents, l’ordinateur de bord des rames Z50000 permet de détecter les anomalies et d’indiquer leur seuil de criticité. Cela nous permet donc de connaître rapidement la gravité de l’anomalie. L’ordinateur de bord appelé IHM (Interface homme machine) est comme « le carnet de santé » du train. Il signale les dysfonctionnements qui peuvent intervenir sur les portes, le système de freinage, la suspension, la capacité de traction et le signal d’alarme. Lorsqu’une anomalie est détectée, nous pouvons suivre les instructions de l’ordinateur depuis notre cabine et s’y conformer. Ce nouveau système permet un réel gain de temps car il nous prévient de ce qui ne fonctionne pas alors que sur les matériels conventionnels, c’est au conducteur lui-même de diagnostiquer la panne.

DSC_0016

Pascale : Lorsqu’un signal d’alarme est tiré, la procédure est-elle identique aux autres trains ?

Ludovic : Pour les signaux d’alarme, si le Francilien est à quai, la procédure est identique, à savoir se rendre sur place pour constater ce qui est à l’origine du déclenchement du signal. Cependant, si le signal d’alarme est tiré alors que le train roule, la rame s’immobilise en pleine voie. Je dispose alors de 20 secondes pour savoir ce qu’il en est. Des caméras à bord et un système d’interphonie permettent de me renseigner sur ce qui se passe à l’endroit où le signal a été actionné. En fonction des informations recueillies, je mesure le niveau d’urgence et choisis ou non de réarmer, de ma cabine, le signal d’alarme. Si je le réarme à temps, les portes du train restent bloquées. C’est un vrai gain de temps notamment en cas d’acte de malveillance avéré.

DSC_0013

Sur les autres matériels, dés qu’un passager tire le signal d’alarme, la porte de la voiture concernée se déverrouille automatiquement et les voyageurs peuvent alors descendre sur les voies. La sécurité des voyageurs est alors engagée (avec le passage d’un autre train possible sur la voie contiguë par exemple). De plus, sur les autres rames, nous devons nous déplacer physiquement jusqu’à la porte en question pour réarmer le signal et refermer la porte afin de pouvoir repartir (ce qui peut prendre du temps, remonter la rame en marchant sur le ballast, n’est pas toujours aisé !).

Pascale : Les voyageurs vous semblent-ils satisfaits du nouveau matériel ? Vous le disent-ils ?

Ludovic : Le Francilien a vraiment été pensé pour nos clients. Ils me disent que l’éclairage crée vraiment une ambiance conviviale et chaleureuse. D’ailleurs, je les trouve plus zens et plus souriants à leur descente du train.

Un élément important à souligner : la climatisation et le chauffage se régulent selon l’affluence à l’intérieur du train, ce qui leur permet de voyager dans de bonnes conditions.

Ce qui change aussi beaucoup la donne, c’est le fait qu’il n’y ait pas de séparation entre les voitures (rame dite « BOA »). Indéniablement, les voyageurs se sentent plus en sécurité et moins seuls dans le train.

Pascale : Pour finir, à bord du Francilien, l’information voyageurs est-elle améliorée ?

Ludovic : La question devrait être posée en premier lieu aux voyageurs eux-mêmes ! En ce qui me concerne, je suis tenté de dire que l’on n’a pas attendu l’arrivée du Francilien pour communiquer à bord. Par exemple, lors d’un arrêt en pleine voie, j’ai tout intérêt à faire une annonce dans mon train pour éviter qu’un voyageur actionne le signal d’alarme.

A bord du Francilien, l’information est aussi relayée par des écrans et des annonces sonores qui indiquent notamment les dessertes du train. Un vrai plus je pense mais ce sont les voyageurs qui en parleront mieux que moi !

DSC_0023
à lire aussi

Ligne J : pour être incollable sur Francilien…

Le Francilien vu par Ludovic, conducteur sur la ligne J (épisode 1)

21 commentaires pour “Le Francilien vu par Ludovic, conducteur sur la ligne J (épisode 2)”

  1. Anonyme dit :

    Merci pour ces informations intéressante

    Prévoit vous des voyage en cabine à bord du Francillien ?

  2. fredo95 dit :

    Et en cas de grand froid ou de neige, ou des deux en même temps, il réagit comment ce matériel?

  3. Loin de moi de vouloir remettre en cause les explications de Ludovic, qui est beaucoup mieux placé que moi pour le savoir. Mais il y a cependant des choses qui m’interpellent sur les procédures en cas de signal d’alarme tiré. Il dit que sur le matériel autre que le Francilien, il doit remonter la rame en marchant dans le ballast, ce qui laisse entendre un arrêt en pleine voie. Or grâce au signal d’alarme par interphonie, le train ne s’arrête pas en pleine voie, mais à la gare suivante. Il y a quelques temps, une personne avait délibérément tiré le signal d’alarme à bord d’un VB2N direct Mantes la Jolie – Paris aux environs d’Aubergenville. Le conducteur a ralenti, puis a appelé par l’interphone pour demandé la raison pour laquelle le signal d’alarme a été tiré. Pas de réponse, il n’y avait plus personne. Mais le conducteur a fait un arrêt aux Mureaux pour réarmer.

    Concernant le Francilien, Ludovic dit : si le signal d’alarme est tiré alors que le train roule, la rame s’immobilise en pleine voie. C’est une régression par rapport au matériel actuel, car lui ne provoque pas d’arrêt en pleine voie. (Voir explication ci-dessus).

    Enfin Ludovic dit que Pour les signaux d’alarme, si le Francilien est à quai, la procédure est identique, à savoir se rendre sur place pour constater ce qui est à l’origine du déclenchement du signal. Ne serait-il pas plus simple de visionner les caméra ? Cela éviterait de perdre du temps d’aller constater sur place.

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • FreshPasser en mode normal dit :

      Franck
      « Il dit que sur le matériel autre que le Francilien, il doit remonter la rame en marchant dans le ballast, ce qui laisse entendre un arrêt en pleine voie. Or grâce au signal d’alarme par interphonie, le train ne s’arrête pas en pleine voie, mais à la gare suivante. »

      La rame peut être en SAP et donc si un signal d’alarme est tiré, le train s’arrête d’urgence en pleine voie.
      On peut aussi avoir le cas d’un signal d’alarme tiré en roulant puis la signalisation qui nous impose un arrêt en pleine voie et là, obligé d’aller réarmer avant de repartir.
      Ca peut aussi être un signal d’alarme tiré et qui impose un arrêt immédiatement selon la gravité.

      « Concernant le Francilien, Ludovic dit : si le signal d’alarme est tiré alors que le train roule, la rame s’immobilise en pleine voie. C’est une régression par rapport au matériel actuel, car lui ne provoque pas d’arrêt en pleine voie.  »

      Je pense que la phrase devait être la suivante:
      Si le signal d’alarme est tiré alors que le train roule « et que » la rame s’immobilise en pleine voie.
      Par exemple le cas ou un signal d’alarme est tiré, puis on arrive sur signaux fermés et donc arrêt en pleine voie.

      « Ne serait-il pas plus simple de visionner les caméra ? Cela éviterait de perdre du temps d’aller constater sur place. »

      Encore faut-il avoir l’autorisation d’utiliser les caméras dans de telles circonstances!
      Il me semble qu’au niveau de la justice, nous n’ayons pas encore le feu vert.

    • sniper92013 dit :

      Faut l’ADC à le droit de visionner les caméras sans sortir de sa cabine et j’ai un exemple concret car déjà vécu.

      Au d’année un début de bagarre avait éclaté dans une rame Francilien en Gare d’Enghien les Bains et étant donné que les circonstance n’était pas propice à la sortie de sa cabine (usage de gaz lacrymogène par les assaillants ainsi que de barre de fer) et ceci se produisant en soirée il n’as eu d’autre choix que d’immobiliser la rame faire appelle à la police (qui ont très vite déboulé avec la BAC et la SUGE ainsi que plusieurs équipage CRS) et de réarmer par la suite et l’ADC as bien préciser au brigadier qu’il avaient visionner les caméras de la rame et qu’il n’était pas sortie de sa cabine de la ont as pu repartir après que l’ADC ait réarmer depuis sa cabine donc la justice n’as rien à voir la dedans vous avez tout faut sur ce point la

    • FreshPasser en mode normal dit :

      sniper92013
      Vous parlez d’un cas qui est arrivé sur la ligne H, sur la région Paris Nord, Enghien les Bains ne se trouve pas sur la région Saint Lazare et ici, on ne peut pas l’utiliser.

      Franck
      La procédure est la même à moins qu’une note soit sortie!
      Le signal d’alarme est réarmé automatiquement dès qu’on raccroche le combiné.

    • sniper92013 dit :

      C’est pas tomber dans l’oreille d’un sourd et croyez moi que le jour ou sa arrive je prend une vidéo et les photos qui vont bien pour vous prouvez par A+B que vous avez tort vous parlez de ce que vous ne connaissez pas

    • FreshPasser en mode normal dit :

      La région Saint Lazare ce n’est pas la région Paris Nord.
      Avant d’écrire que j’ai tort et que je parle de ce que je ne connais pas, vous êtes(comme moi) conducteur et avez été formé NAT récemment sur la région Saint Lazare?

    • sniper92013 dit :

      Non par contre malheureusement pour vous j’en connais ne cherchez pas à avoir le dessus je suis en position de force –« 

    • Mais si la procédure est la même Fresh, alors à quoi servent les caméras ??? À moins que j’ai mal compris…

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • FreshPasser en mode normal dit :

      sniper92013
      Prouvez vos dires que sur la région Saint Lazare ça se passe comme sur la région Paris Nord….
      J’ai encore un collègue qui a été formé(sur Saint Lazare) y a 15 jours et confirme ce que je dis!

    • Merci pour ces précision Fresh. Je comprends mieux.

      Curieux que le conducteur puisse consulter les caméras en cas de signal d’alarme tiré en pleine voie, mais pas lorsque le train est à quai…

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

  4. jossPasser au statut dit :

    @Franck : Je ne suis pas non plus bien placé pour savoir, mais à mon sens un signal d’alarme DOIT arrêter le train… en cas de nécessité absolu, c’est une sécurité… C’est un peu la même chose que l’arrêt d’urgence lorsque le conducteur n’acquite pas la signalisation ou même sa présence.

    En tout cas je préfère que le train s’arrête, il vaut mieux eduquer les gens que abaisser la sécurité :)

    Sinon sur le dernier point de l’article, je m’etonne néanmoins de voir régulièrement des Franciliens sur Ermont ou Cormeilles/Pontoise avec l’information desactivé (panneau exterieur et interieur eteint, pas d’annonce sonore)… je pensais que sur ces nouveaux matériels c’était plus simple et automatique?

  5. fredo95 dit :

    Urgent M Langé, ce matin mon train , VB2N 06h48 à US vers PSL.
    La 2e voiture, une vitre était détruite et arrachée à l’étage supérieur.
    1 – visiblement, aucun membre de la SNCF ne l’a constaté !
    2 – ça condamnait 4 places assises
    3 – c’est potentiellement dangereux.
    Est-il possible de faire le nécessaire ? Sachant qu’en plus, à cause du crétin qui a fait ça, on va avoir une rame de moins sur notre ligne J alors qu’elle est déjà bien amputée par la maintenance ….

    • Bonjour, votre témoignage est transmis à qui de droit pour investigation. Merci pour votre signalement. Ma collègue est actuellement au Centre de maintenance donc votre signalement va être fait en direct…

  6. R-icPasser au statut dit :

    Question à Ludovic (ou Fresh) : Quelle est la fonction des nombreux interrupteurs qui sont plombés ?

    Merci d’avance

Les commentaires sont fermés.