MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Qui es tu ? Thomas // Gestionnaire du plan de Transport et de l’Information Voyageur

0
Publié le 9/10/2020

Pour le retour des billets "Qui es tu" j'ai choisi un métier et une personnalité incontournables dans le petit monde de la gestion opérationnelle des circulations sur le réseau de Paris Saint-Lazare ! Bonne lecture.

Ce billet marque le grand retour de la thématique « Qui es tu ? » sur le blog.

Le but ? Vous faire découvrir les femmes et les hommes qui se cachent derrière les métiers indispensables pour faire rouler vos trains, vous informer et vous accompagner durant tous vos trajets sur nos lignes.

N’hésitez d’ailleurs pas à relire les portraits déjà publiés sur le blog :

Le portrait de Flore : Community Manager au COT

Le portrait de Cédric, alias le Pilot of the Train : Conducteur de train

 

Il fallait, pour l’occasion, un métier emblématique de l’activité ferroviaire opérationnelle quotidienne. Le choix était tout trouvé avec le métier de GTI : Gestionnaire du plan de Transport et de l’Information Voyageurs qui opère au Centre Opérationnel Transilien (COT) situé à la gare Saint-Lazare.

Le GTI, en véritable chef d’orchestre de la gestion opérationnelle des circulations ferroviaires, a pour mission essentielle de faire respecter le plan de transport établi et d’organiser la situation lorsque survient un incident sur la ligne !

C’est Thomas qui a bien voulu se prêter à l’exercice pour présenter son métier en même temps que son parcours ! Il vous en parlera mieux que moi, je lui laisse la parole.

 

 

Enchanté Thomas ! Tu es donc GTI au COT DE PSL ! Avant de rentrer dans le détail du métier peux-tu te présenter et nous parler de ton parcours ?

Je suis entré dans l’entreprise en 2001 en tant qu’agent mouvement sur la ligne J sur la partie Conflans / Gisors / Mantes. C’était finalement un périmètre assez large, avec tous les métiers de la production en gare : d’agent de circulation au chef de la manœuvre  et même de la vente de billets sur toutes les petites gares du groupe 6 entre La Frette et jusqu’à Bonnières.

[NDLR Pour préciser ces métiers] l’agent mouvement, ou chef de la manœuvre, c’est celui qui va assembler les trains sur les voies de garage, faire les vérifications de sécurité, notamment au niveau des freins tous les matins. l’agent de circulation ça va être celui dans le poste d’aiguillage qui va faire passer les trains, ouvrir les signaux, bouger les aiguilles depuis son poste pour faire avancer les trains de gare en gare, etc…

Après 5-6 ans j’ai passé un examen pour devenir GM (Gestionnaire de Moyens).

 

Tes missions allaient donc de l’infra où tu faisais les missions d’un agent de circulation qui bouge les aiguilles et d’un agent de mouvement, qui vérifie les trains et les dispositifs de sécurité avant d’utiliser les trains jusqu’aux missions de commercial face au client !

C’est ça. C’était ça au début des années 2000.

 

D’accord, et avant la SNCF ?

Je suis rentré jeune, j’ai fait un an de fac, mais je n’étais pas assidu. A l’époque l’entreprise recrutait, j’ai eu la possibilité d’y rentrer. Donc je suis rentré à 20 ans quoi !

 

A partir de là, quel est ton parcours dans l’entreprise ?

Je suis rentré fin 2001, il y a ensuite 3 mois de formation à peu près, puis à partir de 2002 j’ai fais les missions que j’ai raconté.

J’ai fait ça jusqu’en 2007. A cette époque c’était des postes où on était souvent seul. Moi, j’ai besoin de voir du monde, puis j’avais envie de faire autre chose. Donc j’ai passé un examen de gestionnaire de moyens et je suis arrivé au COT de Saint Lazare en novembre 2007.

 

Quelles sont les missions principales d’un gestionnaire de moyens ?

S’assurer qu’il y ait un conducteur et une rame en place pour faire les missions qu’on a promis au client !

Le point premier, c’est s’assurer qu’on a bien ces ressources dispo et au bon endroit pour faire le train. Ensuite il s’assure également du suivi de la maintenance du matériel. En fait les trains c’est comme nos véhicules personnels, faut que ça passe au garage pour des opérations plus ou moins lourdes qui vont l’immobiliser plus ou moins longtemps. Le gestionnaire de moyens intègre ça.

 

Qu’as tu fais après ce poste ?

J’ai fait ça pendant 7 ans, jusqu’en novembre 2014, et là j’avais fais le tour du poste. A part si vous me mettiez un hélicoptère ou un sous-marin au bout de la voie 27 je pense que j’avais fait le tour (rires). J’ai fait 1 voire 2 fermetures complètes de la gare Saint-Lazare !

A ce moment là j’étais un peu bloqué statutairement et je ne me voyais pas continuer à faire GM parce qu’il y a une certaine lassitude.

J’ai l’opportunité d’intégrer l’Université du Service [entité de formation interne ndlr] à Nanterre et je deviens donc formateur sur un périmètre qui reprend mon expérience à ce moment-là. C’est à dire que je forme les agents de mouvement pour la partie « Voyage », ainsi ceux qui ont des métiers qui touchent à la gestion de moyen, notamment sur leurs outils informatiques. J’ai fait ça 3 ans et demi.

Je suis ensuite revenu, et j’ai pu accéder au collège cadre et donc prendre le poste de GTI au COT (Centre Opérationnel Transilien) de Saint-Lazare courant 2018.

 

Avant de parler du poste de GTI peux-tu décrire l’organisation générale du COT ?

Si on prend le COT de Saint-Lazare, il y a un GTI  (Gestionnaire du Plan de Transport et de l’Information Voyageur) qui est présent 7J/7J 24h/24h, donc c’est un poste qui est en 3*8.

On a 2 GM (Gestionnaire de Moyens), un qui est en 3*8 7/7, et un qui est en 2*8 5J/7J du lundi au vendredi. Eux se répartissent la gestion des moyens sur la J et sur la L. Pour la partie « gestion des moyens », on a aussi un « représentant du matériel », il n’est pas vraiment du COT mais c’est un de nos interlocuteurs directs sur le sujet du « matériel roulant », autrement dit : les trains.

 

C’est la Supervision Technique de la Flotte c’est bien cela ?

C’est ça, ce qu’on appelle « le cadre opérationnel matériel« . C’est notre porte d’entrée vers les technicentres des lignes L et J. Eux ils sont là en 3*8, et ils ont un système un peu particulier le week-end.

 

D’accord, et pour le reste du COT ?

Côté Information et Prise en Charge des Voyageurs, on a un GIPV (Gestionnaire de l’Information et de la Prise en charge Voyageurs qui est là en 3*8 7/7, comme le GTI et  2 GIV( Gestionnaire de l’Information  Voyageur) qui sont présents en 2*8 5/7 du lundi au vendredi.

On a aussi récupéré le PIVIF  (Pôle d’Information Voyageur ile de France dont les agents sont chargés de faire les annonces sonores et d’afficher les trains trains sur écrans dans les gares du périmètre établi) d’Argenteuil et de Conflans. Un agent du PIVIF : le RLIV (Responsable de l’Information Voyageur) est présent en 3*8 et 2 autres RLIV sont en 2*8 7/7. On a enfin un Community Manager qui est là en 2*8 5/7.

 

 

 

Donc 7 jours sur 7 et 24h sur 24, on a donc un GTI, un GM, un GIPV et un RLIV !

Ta particularité est que tu es en équipe de réserve. A quoi sert ce genre d’équipe ?

Normalement, pour faire un roulement [c’est dire organiser la couverture de tous les postes sur la semaine] en 3*8 il te faut 4 à 5 agents. La réserve est là pour couvrir tous les aléas qui font qu’il faut palier aux absences des agents qui sont en roulement. Comme on est un poste qui se tient en 7/7 en continu il faut qu’il y ait des gens qui soient capables de le tenir presque à l’improviste.

 

Y a t-il une équipe de réserve pour chaque poste en 3*8 ?

Au départ il y a des réserves GM et des réserves pour les postes de l’Information Voyageur. Tu as aussi une réserve qui couvre GIV, GIPV  et même RLIV . Et donc des réserves dédiées GM et des réserves GTI.

 

On en vient donc à ton métier de GTI. Le GTI, quel est son rôle ? 

Un GTI va aller collecter les infos auprès des autres entités de la production, que ce soit côté COGC (Chef Opérationnel de la Gestion des Circulations), donc la régulation du trafic, ou à l’escale (c’est-à-dire à l’entité qui gère les arrivées et départs de trains à la gare Saint-Lazare), pour pouvoir dispatcher ces infos à ceux qui gèrent en opérationnel.

Je prends les infos, je regarde s’il y a de l’impact sur le plan de transport, en fonction de cet impact, je modifie ou non le plan de transport et redonne les infos pour que la communication soit faite en termes d’info voyageur et pour réajuster la disposition des moyens du matériel ou des conducteurs pour assurer le plan de transport qu’on vient de promettre aux voyageurs.

 

 

 

La modification du plan de transport te revient donc entièrement ?

Effectivement, sur la fiche de poste, je suis le responsable du plan de transport. C’est moi qui décide comment vont circuler les trains en situation perturbée. Dans la réalité des faits, c’est l’incident qui décide du plan de transport.

Pendant un incident, c’est d’ailleurs le GTI, avec le GIPV, qui déterminent l’Heure de Reprise Estimée (HRE). On a des standards et on essaye de s’y coller au plus près en intégrant bien sûr les particularités de l’incident.

[NDLR : on a justement parlé de la HRE dans ce billet]

 

T’est-t-il possible de décrire une journée type ?

Généralement tu arrives et tu reprends les comptes du collègue que tu remplaces.

Une fois que ça c’est fait, on va suivre la pointe puisqu’on y est, dès 6h c’est déjà bien enclenché : au moindre incident ou évènement tiers qui impacte le plan de transport on est dans le jus tout de suite en fait.

Donc tu gères de la meilleure façon possible l’incident pour assurer l’arrivée des gens au travail. Au final le job est là ! Le GTI emmène les gens au boulot le matin et les ramène à la maison le soir. Celui de nuit remet tout en place pour que ça recommence dans de bonnes conditions le lendemain. Le GTI coordonne le travail du GM, des équipes de matinée, de soirée et de nuit. Une fois que ça c’est fait, on est sur de la préparation du service suivant : s’assurer qu’on a bien tout le matériel au bon endroit pour les pointes le matin et le soir tout en gérant, le tout-venant.

 

C’est intéressant ! Chaque service de GTI a une pointe sauf pour celui qui est de nuit. Celui de nuit doit en quelque sorte tout ranger à sa place pour le prochain service opérationnel.

C’est ça, faire le point sur où est le matériel, et comment on peut adapter cette désorganisation pour que ça soit transparent pour le client le lendemain matin.

 

OK. Il arrive souvent, comme tu le sais, que les clients ne comprennent pas la gestions des incidents aussi bien les décisions de circulations prises que l’Information Voyageur dispensée parfois. Ils peuvent donc être véhéments lorsqu’ils réagissent sur leur perception de la gestion des situations perturbées.

Comment expliques-tu cet écart entre la perception du client et finalement tout ce qui est déployé ?

Je le comprends complètement en fait ! Parce qu’on est dans une ère où ce qu’on doit au client c’est la perfection. Et on a une industrie tellement lourde, que la moindre petite défaillance, le moindre petit élément qui nous sort du plan a un impact qui nous éloigne forcément de cette perfection.

On est dans une industrie lourde avec un réseau contraignant. Par exemple on n’a pas de possibilité d’aller au-delà des 27 voies à Paris Saint-Lazare, on ne peut pas faire dépasser les trains comme on pourrait faire dépasser les voitures sur une route.

Notre souci dans la perception du client c’est la récurrence des situations perturbées. Je comprends bien sûr cet agacement.

 

 

 

Tu peux t’adresser directement aux clients. Qu’est-ce que tu as envie de dire, notamment à ceux qui comprennent mal les difficultés qui peuvent survenir dans la gestion d’un incident ?

C’est difficile de demander de l’indulgence en fait, parce qu’on est en plein dedans et on sait que tous les jours c’est compliqué.

 

Tweet

 

Mais qu’ils aient bien en tête qu’on sait que ce n’est pas suffisant. On est perfectible et on cherche les moyens de s’améliorer, d’être les plus réactifs possibles

On a à l’idée de faire le maximum qu’on peut à chaque fois qu’on rencontre un incident : on doit s’améliorer et on va s’améliorer !

 

Le message est passé !

Revenons-en à toi du coup. Qu’est-ce que tu apprécies particulièrement dans cet environnement opérationnel et dans ce métier ?

La gestion d’incident ! Cette adrénaline-là. Le rapport humain, la coordination des forces en présence et la satisfaction du travail bien fait !

On va dire que chaque fois que j’ai fait du bon boulot, nos voyageurs n’ont soit rien vu soit subi une situation désagréable pendant un minimum de temps.

Ma grille de lecture c’est de toute façon que la situation désagréable je la subis autant qu’eux au départ et je veux revenir rapidement à une situation normale.

Ma satisfaction c’est qu’une fois qu’on a redonné la pleine possibilité des outils, que ce soit du réseau ou du matériel, et donc qu’on est revenu au plan de transport qu’on avait promis.

 

Justement, pendant un incident puisque c’est ce que t’aimes bien :)

Dans ces moments là il règne au COT l’émulation collective et aussi le chaos finalement. Quelle est ta plus-value personnelle pour faire régner l’ordre dans tout ça ?

Le fait d’éviter de crier !  Ne surtout pas faire monter le volume sonore. Il y parfois des haussements de voix mais il faut réussir à maintenir cette sérénité. C’est le challenge parce que pour que le message soit clair en termes de message Voyageur, il faut rester serein dans le chaos.

Le 2ème gros point c’est l’anticipation. Il n’y a rien de pire que courir après le temps. Donc le but du GTI, c’est d’anticiper pour qu’au moment où on peut repartir, une grosse partie de ce qu’on peut faire est déjà mise en place. Surtout en termes d’Information Voyageur, parce que ce qu’on ne veut pas par exemple c’est des mouvements de foule de dernière minute.

 

Pour faire faire un rappel d’ordre de grandeur, combien de trains circulent quotidiennement sur le réseau de PSL ?

Si on y inclut la ligne A, je crois qu’on est à environ 1600 à 1700 trains, chaque jour, entre 5h et 1h du matin. Y avait une statistique qui disait que t’avais un mouvement (c’est-à-dire l’entrée ou la sortie d’un train en gare) toutes les 27 secondes en heure de pointe à Paris Saint-Lazare.

 

Quel est exactement le périmètre d’action du COT ?

De Paris Saint-Lazare jusqu’à Mantes la Jolie / Gisors, et Versailles et Saint-Nom. La gare Saint-Lazare, elle, est gérée automatiquement par le Centre Opérationnel Escale (COE), pour ce qui est de l’Information Voyageur et des départs de trains. On travaille bien sûr en étroite collaboration puisque c’est moi qui, en situation perturbée, va donner les informations à l’escale.

 

Un grand merci Thomas pour t’être prêté au jeu, c’est la fin de cet interview :)

 

 

Vous en savez désormais plus sur ce monde à part qu’est celui de la gestion opérationnelle des circulations ferroviaires, et sur le métier de GTI ! Si certaines questions demeurent, n’hésitez pas à réagir à ce billet, la discussion peut continuer dans les commentaires !

Quel métier souhaitez vous découvrir pour le prochain billet ? Je prends en note toutes vos suggestions ;)

A vos contributions !

 

 

A relire, en lien avec la gestion opérationnelle ferroviaire :

 

Comment ça marche, l’heure de reprise des circulations pendant un incident ?

 

 

Déposez le premier commentaire sur ce sujet

Laisser un commentaire