MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
S'informer

Projet : un nouveau système de validation à Paris Saint-Lazare

11
Publié le 6/04/2017

Transilien et le STIF étudient la mise en place d'un dispositif de contrôle automatique en gare St Lazare.

Depuis plusieurs années, le sujet de l’installation de lignes de contrôle automatique de billet à Paris Saint Lazare est dans les « tablettes ».

Cela fait également quelques mois que vos questions et inquiétudes à ce propos sont au cœur des discussions notamment depuis la campagne de validation que nous avons relayé sur les blogs.

Jennifer (du blog de la ligne L) et moi-même, vous proposons de faire un point sur la situation.

Le 6 mars dernier, suite au lancement d’appel d’offres européen sur les portiques de validation en gare, SNCF Transilien a choisi la filiale française de l’entreprise CONDUENT (ex-Xerox) pour la réalisation/création d’un tout nouvel équipement.

Pourquoi des portiques ?

La gare Saint Lazare est la 2ème gare d’Europe en terme de trafic, avec un train au départ toutes les 28 secondes (en heure de pointe), 1 600 trains et 450 000 voyageurs par jour : l’équipement choisi doit pouvoir garantir votre sécurité tout en ayant une incidence limitée sur les flux.

Nous l’avions évoqué lors des échanges sur la validation obligatoire, Saint-Lazare est la dernière grande gare parisienne à ne pas disposer d’équipements de validation pour les Pass Navigo.

Des portiques sont nécessaires car :

  • c’est un engagement pris vis à vis du STIF lors de la signature du dernier contrat. La mise en place de ce système de contrôle s’inscrit dans la démarche commune STIF/SNCF de préserver les recettes en luttant contre la fraude ;
  • ils permettent de mieux connaitre les habitudes de déplacements grâce aux statistiques fournies par ces équipements, et ainsi, adapter l’offre de transport pour mieux la dimensionner à vos besoins.

Des études sont actuellement en cours dans différentes configurations, par exemple en heures de pointe du matin et du soir, lors de situations perturbées, etc. dans le but d’aboutir à un équipement innovant, fiable et capacitaire.

Un véritable saut technologique pour ce nouvel équipement

Le principe d’accès est choisi : il s’agit d’un fonctionnement sur le modèle de « portes pivotantes » qui s’ouvrent devant le client dans la direction de son sens de passage et non plus en « portes effaçables », ceci pour un passage du client facilité et plus « naturel ».

Exemple d’équipement de validation avec portes « pivotantes » (Source RATP)

Exemple d’équipement de validation avec portes « effaçables » (Ici en gare d’Argenteuil)

 

Un système de détection innovant sera intégré à ce nouveau matériel et, grâce à cela, il :

    • proposera un débit plus élevé que le modèle actuel : en adaptant son fonctionnement selon le nombre de personnes qu’il détecte ;
    • s’adaptera en fonction du type de voyageurs : il pourra distinguer un adulte, un enfant, un bagage, une poussette, etc.

Ce qu’il faut également retenir, c’est que le nouvel équipement se devra
d’être :
– plus fiable que les anciens modèles du fait de la technologie choisie ;
– un atout essentiel pour lutter contre la fraude et la suivre en temps réel ;
adapté aux personnes à mobilité réduite ;
– un outil évolutif.

En parallèle, les besoins spécifiques des personnes à mobilité réduite sont pris en compte dans le cadre de l’élaboration du matériel, et notamment avec des passages élargis. La direction de l’Accessibilité et des représentations des associations de personnes à mobilité réduite ont été associées à ce projet.

Pour finir, sur le long terme, l’outil se devra d’être évolutif dans le but de préparer les nouveaux services innovants dans le domaine de la billetique, qui font l’objet du programme Smart Navigo. Par exemple : le remplacement des titre magnétiques par des supports comme la carte bancaire ou le smartphone (comme à Londres)., l’utilisation des technologies NFC sur mobile (exemple à Caen), la facturation au trajet effectué (comme à Nantes ou au Japon), etc.

Quel enjeu pour ce matériel ?

Dans l’hypothèse où les études en cours étaient validées par SNCF Transilien et par le STIF, c’est ce matériel qui serait déployé (en avant-première) en gare de Paris Saint-Lazare pour rendre hermétique l’accès aux voies 1 à 15.

NB : Une étude est actuellement conduite en parallèle au sujet de la mise en place d’équipements de validation sur les voies desservant les lignes Intercités à destination de la Normandie, avec pour objectif une solution technique qui prenne en compte l’ensemble des titres de transport.

L’enjeu est de taille car c’est aussi le nouveau système qui viendra remplacer, d’ici fin 2024, l’ensemble des 1 800 tourniquets tripodes datant des années 1980 en Île-de-France, et sera utilisé pour les nouvelles gares qui seront équipées de portiques de validation.

 

Exemple de Tripode (Par Benoît EML Cergy)

 

En avant-première

Le 19 avril prochain, les nouveaux équipements de validation seront présentés en avant-première à un panel de clients et d’agents. Vous souhaitez donner votre avis ? Inscrivez-vous à cette rencontre en envoyant un mail sur la boîte du blog : malignej@sncf.fr.

 

11 commentaires pour “Projet : un nouveau système de validation à Paris Saint-Lazare”

  1. JohannPasser au statut dit :

    @Karine très bonne initiative de présenter et j’espère tester les nouveaux équipements. Je suppose que cela se fera en journée ? et malheureusement je ne pourrais pas postuler.
    Si des blogger y vont, ils seraient intéressant d’écrire un billet Co-écrit KARINE/BLOGGER sur un retour d’expérience.(comme j’ai pu en écrire un avec PASCALE).

    questions personnelles que je me pose:
    – quid des lignes 16 à 27 (Ex: moi mes trains partent soit de la voie 9/10 soit entre 20/27)
    – Des scénario sur des annonces de voie a la dernière minutes pouvant créer des mouvements de foule ET chassé croisé entre les voies 01/15 et 16/27 sont ‘ils anticipés?

    Merci

    • KarinePasser au statut dit :

      Bonjour Johann, la réunion aura bien lieu en journée. Je ne sais pas encore sous quelle forme le retour se fera, mais je prends bien note de votre suggestion.
      En ce qui concerne les voies 16 à 27, je précisais dans l’article qu’une : « étude est actuellement conduite en parallèle au sujet de la mise en place d’équipements de validation sur les voies desservant les lignes Intercités à destination de la Normandie, avec pour objectif une solution technique qui prenne en compte l’ensemble des titres de transport. »
      Et, effectivement, des scénarios sur l’annonce des voies sont également à l’étude pour anticiper l’affichage et éviter le « chassé-croisé » entre des flux contraires.

  2. miss caramelPasser en mode normal dit :

    Si je comprends parfaitement la nécessité d’un dispositif de contrôle, la disposition de PSL rend les choses particulièrement compliquées. Quelques questions me viennent :
    1) Quand vous parles de « portes pivotantes », s’agit-il d’un dispositif identique à celui du RER E ? Pour l’avoir souvent expérimenté avec des bagages, il est extrêmement peu pratique, à moins d’avoir 3 mains (une pour valider le navigo, une pour tenir sa valise et une autre pour pousser la porte) ce qui n’est pas mon cas… Et comme je n’ai qu’un seul cerveau (féminin de plus !) pour coordonner tout cela, je reste souvent coincée !!!
    2) Avez-vous pensé à une adaptation du gabarit de passage aux valises ?
    3) La fermeture des voies 1-15 est-elle le choix le plus judicieux ? Comme le signalait Johann, les trains de J6 ont un large delta de voies. Pour J5, c’est habituellement 13-16 avec des écarts vers 20-21 en soirée ou en cas de perturbations.
    4) Comment sera-t-il possible de passer rapidement de la zone fermée à la zone ouverte (ou inversement) en cas d’affichage tardif ?
    5) Une validation multiple sera-t-elle possible dans un intervalle très court (entrée dans la zone sous contrôle, sortie pour « zut ! j’ai oublié le journal ! », retour dans la zone puis sortie pour un train affiché hors zone, le tout en 5 à 6 mn) ?
    6) Est-il prévu de déplacer les kiosques qui encombrent le quai transversal pour un meilleur accès aux quais et un élargissement de la zone d’attente ?
    7) Les équipements seront-ils « double sens » pour permettre aussi bien une entrée qu’une sortie ou sens unique comme les équipements actuels ?
    Puisque différentes technologies sont à l’étude, n’y aurait-il pas moyen d’avoir des portiques totalement sans contact, permettant une libre circulation tout en assurant la validation ? De toutes façons, les fraudeurs continueront à frauder : soit en poussant, soit en escaladant. J’ai vu une technique particulièrement efficace sur les CAB à portes effaçables qui font pourtant au moins 1,80 m de haut !
    Je regrette de ne pouvoir être présente le 19 avril pour la présentation et j’attends les retours de ceux qui auront pu y participer.

    • KarinePasser au statut dit :

      Miss caramel, je n’ai pas encore toutes les réponses à vos questions. Je me renseigne et reviendrai vers vous.

  3. KonylPasser au statut dit :

    Karine,
    Vous nous dites que le matériel a été choisi et que ce petit projet est en route.
    Mais la seule idée même de mettre des portiques me hérisse le poil tant la circulation va être perturbée fortement lors des accès aux quais. Vous comprenez que lorsqu’un quai est déjà saturé sans portiques, il le sera encore plus en réduisant sa largeur de moitié « sans compter » (formule que la SNCF aime bien) le temps d’ouverture des portes ? Vous avez pris la solution la plus désavantageuse qui soit. Tout ça pour lutter contre la fraude, certes je comprends que ce soit important, mais comme toujours, c’est le client lambda qui sera pénaliser alors que le fraudeur passera comme il veut de toute façon.
    Hier matin j’ai eu un contrôle dans mon trajet Herblay Paris (train de 7h40). Et bien les contrôleurs ont contrôler un peu et ensuite ils ont papoté jusqu’à Saint Lazare, pardon mais si vous souhaitez lutter contre la fraude, faire des contrôles plus musclés, plus fréquents et pus efficace.

  4. ThranPasser en mode normal dit :

    Bonjour Karine !

    Comme mes comparses, je me pose plusieurs questions et je reste très septique sur le bon fonctionnement de ces portiques.
    Primo, et compte tenu du caractère récent des installations, je prendrais pour référence la Gare de Nanterre-Université (bien que gérée par la RATP, les installations sont parfaitement adaptées à mon propos).
    La première question que je me pose est celle du bon fonctionnement des portiques. En effet, le système de portes « pivotantes » à le défaut, que dise-je, le malheur de s’ouvrir une fois sur deux de manière défaillante (validation mais absence d’ouverture, ouverture que d’une moitié, blocage des bagages, etc.).
    Ceci me conduit à ma seconde question : QUID de la présence d’un agent équipé de sa carte (qui permet d’ouvrir autant de fois qu’il le souhaite les portiques déjà existants) pour débloquer un usager ou, à tout le moins, d’une porte qui pourrait être ouverte sur demande (et assez rapidement pour ne pas faire perdre le train à celui qui souhaite le prendre).
    Concernant les modalités techniques, je me pose une dernière question : comment allez-vous contrôler le passage souterrain qui se situe au milieu des quais (et est assez pratique en cas de correspondances entre deux trains à Saint-Lazare sans avoir à remonter tout le cas, même si cela est fréquent d’après ce que je lis sur le blog et ce que j’ai pu vivre avec les contrôles ou le passage souterrain était tout simplement fermé…).
    Ensuite, je rejoins quelques questions de miss caramel et notamment les questions 2, 4, 5 et 7.
    Comme miss caramel, je ne pourrais pas être présent le 19 avril (partiels obligent…) et attend donc de voir le résultat (et si au passage, on pouvait une petite vidéo du dispositif, ça serait très sympathique pour tous ceux qui ne pourront pas être présents).
    A contrario, je ne rejoins pas complètement le message de Konyl. En effet, la circulation peut en être améliorée si les portiques sont réellement adaptés (#Japon par exemple) et surtout, la lutte contre la fraude implique certes des contrôleurs, mais je préfère avoir des portiques qu’une grève car un contrôleur s’est fait agressé (et je comprends après qu’ils ne contrôlent plus certains trains, bon gré, mal gré…).

    Bonne journée à tous :)

    • KonylPasser au statut dit :

      Thran,
      Le flux sera perturbé pour les raisons très justes que vous évoquez mais même avec des portiques ouverts, ça ralentira, c’est mathématique. Pour ce qui est du dépôts de sac il est illégal, sauf pour les agents sur le lieu de l’agression, la SNCF n’a qu’a faire respecter la loi.
      Et le fait de baisser les bras sur les contrôles dans certains trains, voir dans tous, c’est du nivellement par le bas, c’est à se demander si la SNCF sait faire autrement.

  5. SubyPasser au statut dit :

    Je rejoins mes camarades dans leurs commentaires.
    Avec un train toutes les 28 secondes (c’est pas moi qui le dit c’est la SNCF) comment comptez-vous gérez de tels flux de voyageurs sans créer un embouteillage monstre? Au contraire du RER A par exemple dont les sorties sont multiples et déportées, là tout le monde (ou quasiment) sort par le bout du quai, et à la même station.
    Les portiques doivent donc être extrêmement nombreux, à double sens, permettre le passage avec valises/poussettes/vélos ainsi que les entrées/sorties dans un laps de temps très court.
    Questions:
    – la sortie sera t-elle libre? Cela ferait gagner pas mal de temps
    – les portiques qui seront dans le souterrain seront-ils aussi adaptés PMR/valises/poussette/vélos, etc..?
    – Allez-vous vraiment écouter vos clients ou bien faire comme avec les horaires et tout décider à l’avance?

  6. Seb bPasser au statut dit :

    Pour l’accessibilité au quai transversale de 1 à 27 permettant un accès aussi bien aux voyageurs transilien que grande ligne, pourquoi ne pas prévoir au niveau des CAB des CAB spécifiques grandes lignes, à l’image de ce qui est en cours de déploiement sur Montparnasse.
    Ainsi l’intégralité du quai transversale serait accessible d’un bout à un autre pour tous les voyageurs ?

  7. DomnacusPasser au statut dit :

    Bonjour,
    Je peux comprendre l’intérêt de valider. Aussi la question est plus de savoir où se situeront les portiques ? Pour éviter tout mouvements de foules critiques, le passage des portiques doit se faire comme à la défense, dans la salle des pas perdus et en aucun cas en tête de quai lorsqu’on arrive depuis la gare. Quid du passage souterrain ? Côté voie 1, le portique doit être dans la rue, côté voie 27 entre les voies 24 et 25 et à condition que seules les voies 25 à 27 soient réservées aux grandes lignes. J’ai vraiment du mal à comprendre le choix voies 1 à 15. C’est déjà très galères d’obtenir une correspondance entre les lignes J et L et comme beaucoup de lignes J arrivent sur les voies 20 à 27 cela va devenir très pénible. S’il n’est pas possible de cantonner les quelques trains grandes lignes sur les voies 25 à 27, il ne faut pas de portique dans le souterrain.

    • JohannPasser au statut dit :

      @Domancus l’intérêt de validé? du point de vu SNCF : mieux connaitre nos déplacements pour être capable de mieux déterminer et s’adapter aux besoins des usagers (sachant qu’une nouvelle grille horaire et desserte va sortir en Décembre, donc ils ne rebougeront plus la grille avant le prochain BABYBOOM). et pour des questions d’assurance car seul un passe navigo Validé vaut assurance, c’est dans le contrat (avec une dérogation pour PSL, mais dérogation orale car n’existe dans aucun contrat)
      Pour ce qui est de l’emplacement le Projet a vu le jour le 18 décembre 2016 en liens les futurs emplacement. https://zupimages.net/viewer.php?id=17/15/k8rr.png.
      Je vous laisse libre d’analyser la dangerosité, et les contraintes des portiques en position 4 et 6. Quand on connait les aléas des voies pouvant varier de la 10 a la 27 pour certaine destination avec des annonce de quai et chassés croisés de dernières minutes et de depart de train toute les 28 seconds.
      Pour ce qui est de la CORRESPONDANCE, sachez que la SNCF ne reconnait pas cette notion en IDF, et parle plutôt interconnexion, ils n’en n’ont donc rien a faire ni la volonté ni par contrat et ne se souci guerre de cette problématique. Donc quand la Ligne J aura du retard et bien il faudra rajouter la perdre de temps au Portique et donc voir votre train ligne L vous passer sous le nez.
      Vous remarquerez que le projet reste incomplet dans la lutte contre la fraude puisque la moitié de PSL ne sera pas cabé pour le moment car il y a des TER.
      Donc au final on a un projet a 2 millions (hors équipement) pour lutter contre la FRAUDE mais un projet incomplet, les fraudeurs ont encore de beaux jours devant eux et nous pauvres cloches (et oui pâques oblige :-) ) honnête nous allons subir.

Laisser un commentaire