MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Blog en pause : Les publications reprennent le 26/12
Contribuer

L’alerte radio, c’est quoi ?

39
Publié le 20/06/2012

Bonjour à tous, l’alerte radio, c’est une façon d’arrêter les circulations en cas d’urgence. De nombreuses fois, dans mes billets, j’en parle et vous êtes nombreux à ne pas comprendre pourquoi quand un incident a lieu à Limay, votre train, qui se trouve par exemple à Andrésy est stoppé. Alors qu’est-ce que c’est que cette alerte et quelles en sont ses conséquences ?C’est une alerte émise par un agent de conduite en cas de danger (accident de personnes, problème sur les rails, caténaires, personnes sur les voies, problème matériel, etc.) afin d’arrêter tous les trains susceptibles de rencontrer l’incident

Lorsqu’un conducteur détecte un danger, il appuie sur un bouton, ça émet un signal sonore très reconnaissable qui est entendu par le régulateur, tous les postes d’aiguillage et tous les trains sur le canton radio. Quand il y a danger, il doit intervenir pour stopper son train, les trains croiseurs et prendre immédiatement des mesures de première urgence mais aussi prendre le plus rapidement possible contact avec le Centre Opérationnel de Gestion des Circulations (COGC), ou le poste d’aiguillage de sa zone.

Les mesures de sécurité dans le milieu ferroviaire sont drastiques et il faut, en cas de danger, arrêter tous les trains qui circulent sur une même zone. Et cela, pour plusieurs raisons :

–  ne pas aggraver la situation en ne laissant pas les autres trains se diriger vers l’incident,

–  ne pas les laisser aller vers des zones où il ne sera pas possible d’effectuer un demi-tour dans le cas d’une perturbation très importante (interruption totale des circulations pendant quelques heures).

L’émission du signal d’alerte radio et lumineux (l’un ne va pas sans l’autre afin d’arrêter également les trains qui ne sont pas équipés de la radio), sont différentes possibilités que l’agent de conduite a à sa disposition pour faire stopper tous les trains présents sur sa zone (explication plus bas).

Les autres conducteurs qui entendent ou voient ces mesures doivent impérativement arrêter d’urgence le train. Il existe plusieurs possibilités pour émettre cette alerte afin de palier à tous les problèmes (par exemple, une absence ou un dysfonctionnement de la radio sol train).

La ligne est divisée en plusieurs zones que nous appelons des cantons radio. Notre ligne J est très longue et les périmètres de ces différents cantons radio ne sont pas tous équivalents. Ils couvrent des périmètres allant de 500 mètres à 50 kilomètres (en province ou grande banlieue). Un canton radio couvre parfois à certains endroits plusieurs groupes de lignes. Par exemple, lors d’une alerte à Asnières pour un problème sur la ligne L, ceux de J sont impactés car tous les groupes de ligne passent par cette zone. Les périmètres de ces cantons ne sont pas très étendus. C’est ce qui explique que plusieurs groupes de ligne sont touchés.

A l’inverse en bout de ligne, la distance entre l’entrée d’un canton et sa sortie est beaucoup plus importante. Donc quand un train émet une alerte radio, il est possible qu’un train éloigné de l’incident soit obligé de s’arrêter en ligne.

Alors maintenant revenons en au moment où le conducteur émet cette alerte. Il doit alors appliquer certaines procédures, les agents des postes sédentaires aussi.

En fonction du type d’incident, il peut y avoir des mesures de sécurité à prendre. La nature de l’incident peut varier et elle définit le temps de l’intervention.

Au même moment que font les autres conducteurs qui se trouvent sur le même canton que le train en difficulté ?

En région Ile-de France, le trafic est très important et les procédures sont adaptées à cet environnement. Elles ne sont pas identiques sur tout le territoire français.

Les autres conducteurs perçoivent l’alerte, ils stoppent donc immédiatement leurs trains, et respectent une consigne de silence de 2 minutes.

Pourquoi ? Pour laisser la radio libre et permettre au coordinateur régional des circulations et aux postes d’aiguillage d’émettre des conversations prioritaires et à forte teneur « sécurité ». Ils émettent immédiatement un signal lumineux (en cas de panne de la radio sol train sur un autre train, c’est une précaution supplémentaire pour le prévenir).

Ils vérifient visuellement que la raison de cette alerte n’a pas eu d’impact sur leur train et s’assurent qu’il ne présente aucune anomalie.

S’ils ont des clients à bord, qu’ils sont assez proches d’une gare et que la vitesse est suffisante pour maintenir les portes fermées, ils rejoignent cette gare. Nous parlons alors de marche à vue jusqu’au premier quai.

Pour info, en aparté, quand c’est possible, les conducteurs ont pour consigne de le faire car, nous savons par expérience que lors d’un problème, les voyageurs ont parfois tendance à rapidement chercher à quitter la rame et descendre sur les voies. Dans ce cas, c’est un second problème qui s’ajoute au premier. Une alerte radio n’est pas toujours un problème qui va nécessiter l’arrêt total des circulations pendant de nombreuses heures. Par contre, si l’un des conducteurs signale que des personnes sont présentes sur les voies la situation peut alors vite dégénérer.

D’un petit retard, nous passons à un grand et nous devons alors réadapter le plan de transport au plus vite et faire des choix.

Donc j’en reviens aux missions des conducteurs suite à l’émission de l’alerte radio. Une fois, les deux minutes de silence écoulées, ils sollicitent des instructions pour en savoir plus et se conforment ensuite aux directives du poste d’aiguillage ou du régulateur.

La plupart du temps, ils obtiennent les instructions avant de les solliciter.

Plusieurs solutions sont alors possibles, rien de grave et la circulation peut reprendre assez rapidement avec quelques retards résiduels.

La situation est plus grave et les régulateurs donnent des directives à tous en fonction de l’endroit où ils sont.

Quand c’est possible, les rames sont dirigés vers une autre zone où elles peuvent circuler et dans le cas contraire, elles sont immobilisées jusqu’à la fin de l’incident.

Dans ce cas, la circulation est bien évidemment perturbée et les retards et les suppressions sont parfois nombreux. Pour exemple, un train bloqué en ligne ne va pas pouvoir rejoindre sa prochaine mission c’est ce qui peut expliquer sa suppression.

J’espère que maintenant vous en savez plus sur les conséquences d’une alerte radio et pourquoi même si vous êtes loin de l’incident, votre train s’arrête et en subit les conséquences.

39 commentaires pour “L’alerte radio, c’est quoi ?”

  1. tc dit :

    Madame, pourquoi il n’y a pas de blog pour la ligne du rer E ? Merci

  2. BNC dit :

    Une fois, tout le trafic a été arrêté au départ de St Lazare pendant 1 heure, pour un homme qui pissait aux abords des voies à Pont Cardinet ! (on m’a expliqué le temps que la police ferroviaire aille vérifier, que les trains repartent doucement en s’assurant qu’il n’y a plus rien..) : Mais arrêter tout le trafic au départ de St Lazare rien que pour ça, ça me paraît une peu violent..
    Je pense que les mesures même si elles sont ultra-sécurisantes (ce qui est louable) sont parfois en totale démesure avec le problème qu’elles traitent, et qu’avec un peu de lucidité on devrait pouvoir s’en sortir avec bcq moins de retards, et ptre même pas !

  3. monsieurlejustesncf3 dit :

    Ce sont des mesures drastique qui valent au reseau d’être le sinon parmis les plus sécurisé.

    On ne badine pas avec la sécurité ;-)

  4. Bonjour BNC, oui, il s’agit d’une protection globale des circulations et de la plateforme, en raison des groupes contigüe et avec le risque que la personne suicidaire passe d’une voie à l’autre (c’était le cas pour l’événement que vous citez).

    Sinon, en règle générale, lorsqu’une personne se trouve aux abords des voies quelle qu’en soit la raison, nous devons effectivement prendre les mesures de sécurité nécessaires, ce qui peut paralyser tout le trafic pendant un certain temps.

    C’est pour cela qu’actuellement, un travail est mené avec les agents de l’Etablissement Infra Circulation et consiste à remettre les trains en route en marche prudente lorsque ce type d’événement se produit. D’ailleurs, des exercices ont été réalisés dans le but de montrer que la remise en route en marche prudente de ces trains était sans risque.

  5. EricBPasser au statut dit :

    Bonjour,
    mme Larrouy, votre explication a le mérite d’être détaillée. Que la sécurité soit prioritaire c’est bien.
    Mais elle met en évidence un point qui doit être amélioré :

    « Par exemple, lors d’une alerte à Asnières pour un problème sur la ligne L, ceux de J sont impactés car tous les groupes de ligne passent par cette zone.  »

    Ce cas de figure n’est pas normal avec la technologie actuelle.Il faut mettre en cohérence les cantons radio avec les cantons de voie physique.
    Un incident sur une ligne ne doit pas impacté une autre ligne.

    • FreshPasser en mode normal dit :

      Sauf qu’à Asnières, il y a plusieurs voies contigues et si une alerte radio est donnée par un train du Gr III et que seuls les trains du Gr III sont stoppés, comment savoir que le danger (en l’occurrence une ou des personnes) ne se déplace pas sur les autres voies contigues qui sont sur un autre canal radio?

    • BNC dit :

      fresh,
      Bah on attendra qu’un conducteur du GrII donne l’alerte pour le GrII, auquel cas les trains GrII s’arrêteront :-)

      La question qui me taraudera toujours, c’est que font ces gentils individus sur les voies ? Une petite promenade de santé ? (et c’est vraiment le cas de le dire..)
      Est-ce qu’on a déjà pris le temps de leur demander ? Peut être qu’il y a des gens à qui ça ne fait pas peur un train qui leur fonce dessus à 120Km/h : ça voudra dire que l’être humain évolue dans le bon sens. Ou ptre qu’ils ont la faculté de savoir quand un train va passer et de s’extirper assez vite des voies..
      En tout cas, ils doivent être bien tunés pour se payer le luxe d’une promenade sur les voies, ou alors être persuadés que la SNCF n’applique jamais ses règlements..

    • BNC dit :

      Fresh,
      Pourquoi quand un conducteur les voit, il n’arrête pas son train, il descend pour aller les voir, et il leur demande de dégager les voies ? Après, il remonte, il réenclenche le moteur et il repart..

  6. FreshPasser en mode normal dit :

    BNC
    « Bah on attendra qu’un conducteur du GrII donne l’alerte pour le GrII, auquel cas les trains GrII s’arrêteront »
    C’est vrai qu’un train s’arrête comme une voiture!!

    Que font ces gens? Bah certains s’en servent pour aller d’un point A à un point B, trajet raccourci en traversant les voies, certains font leur jogging(pas dans la zone dangereuse mais sur la piste avec des écouteurs sur les oreilles), certains y sont pour faire des conneries(pose de branches/cailloux/poubelles/plaques d’égout, de béton, vélo/ chaises/matelas/etc….) ou juste une promenade le long de la voie comme on se promène sur un chemin et bien sûr, les suicidaires!!
    T’imagines bien que 30 000 km de voies ne peuvent pas être gardées tous les KM!!

    « Pourquoi quand un conducteur les voit, il n’arrête pas son train, il descend pour aller les voir, et il leur demande de dégager les voies ? Après, il remonte, il réenclenche le moteur et il repart.. »

    Une personne sur une voie ferrée est un obstacle aux circulations donc à partir de là, il faut prendre les mesures nécessaires pour protéger les autres circulations.

    Si cette personne est suicidaire ou prend peur(encore pire pour un groupe de personnes), comment peux-tu savoir que cette ou ces personnes n’iront pas sur la ou les voies à coté, et cela coule de source, risquer un accident avec un train croiseur ou dépasseur??
    La sécurité est contraignante pour les usagers mais la sécurité passe avant tout. Si une personne se fait écraser par un train, tu seras surement le 1er à râler et à ne pas comprendre pourquoi le conducteur d’un train n’aurait pas donné l’alerte!!

    • Bonjour, je rejoins Fresh concernant l’exemple d’Asnières et son analyse sur le comportement imprévisible de certains individus. Nous devons assurer la sécurité et nous ne pouvons pas nous baser sur des suppositions pour reprendre les circulations.
      Il y a, tous les jours, des personnes sur les voies. Nous avons des personnes suicidaires c’est un fait, mais il y a aussi beaucoup de gens qui traversent les voies pour gagner du temps, notamment dans les gares.
      Dans ce cas, il est possible que la circulation soit stoppée et tout le monde est pénalisé mais la sécurité prime.
      Comme évoqué précédemment, le but du travail qui est en cours est bien de perdre à l’avenir le moins de temps possible lors de ces alertes.

    • BNC dit :

      Bonjour Mme Larrouy et fresh,
      Le fond de ma réflexion est quel que soit le cas (suicidaire, raccourci, joggueur, promeneur etc..), il faut chopper des personnes qui le font et ENFIN appliquer le règlement.
      On fait une couche de médiatisation autour de ça, pour faire savoir à tout le monde que la SNCF applique son règlement quand il y a des gens qui vont sur les voies; et ça devrait logiquement réduire le nombre de personnes qui vont sur les voies.

      Le problème, c’est qu’il y a une autorisation implicite d’aller sur les voies (puisque vous n’appliquez jamais le règlement quand une personne y est), alors forcément chacun va sur les voies et a de bonnes raisons d’y aller.
      Et qui trinque du coup ? ..

    • Bonjour, il me semble que vous allez un peu vite. Nous n’appliquons jamais le règlement, faux ! Quand l’infraction est constatée l’amende est appliquée. 45 € pour une descente sur les voies et 160 € pour la traversée des voies. Au même titre que pour les fumeurs, il ne faut pas faire d’un sentiment une généralité. Quand des infractions sont constatées, il y a une amende et je peux vous affirmer que c’est bien le cas.

    • 45 ou 160 € d’amende ? Moi on m’avait dit 3 750 € d’amende et 6 mois de prison avec surcis.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Bonjour Franck, je confirme, une traversée de voie c’est 45€ et une descente dans les voies (considérée comme une pénétration illicite)c’est 160€.
      Maintenant, concernant les 3750€ d’amende et 6 mois de prison, cela correspond au fait suivant:
      Usage du signal d’alarme ou d’arrêt mise à la disposition des voyageurs de manière illégitime et dans l’intention de troubler ou d’entraver la mise en marche ou la circulation des trains. En cas de volonté d’entraver la circulation des trains, cette infraction constitue un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 3750€ d’amende.

    • Chris92700Passer au statut dit :

      Bonjour,

      Disons que le règlement est parfois non-appliqué.
      A Limay, bon nombre de personnes traversent les voies à une des extrémités de la gare… et il n’est jamais rien fait !
      On comprendre d’ailleurs pourquoi il y a tant d’accidents de personnes.

      Bien à vous,
      Christophe

    • À Houilles j’ai vu un cas similaire. Un RER A venait d’arriver en gare, alors que le train pour Mantes était sur le point de partir. Un usager a traversé, puis 2, puis 3… Une annonce a été faite disant de ne pas traverser les voies, mais rien n’y faisait. Le conducteur du train pour Mantes (ou peut être celui du RER) a déclenché l’alerte. Ensuite une nouvelle annonce a été faite disant que suite à la traversée des voies, la circulation était totalement interrompue pour une durée indéterminée. Selon les témoins sur place, l’annonceur avait employé un ton qui avait l’air de dire : bien fait pour vous. Je le peux comprendre si personne n’obéissait !

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • monsieurlejustesncf3 dit :

      Efffectivement Franck,

      Parfois les annonces sont faites avec un ton plus dure pour indiquer au personnes que c’est bien à eux que l’on s’adresse.

      De plus les agents qui effectuent les annonces ont des retours de caméras et parfois réagissent avec le coeurs à la vue de ce comportement car ils savent les conséquences de ces traversée imtempestive.

    • BNC dit :

      Bonjour,
      Est-ce qu’il y a des agents SNCF dont la tâche est de regarder la télé (passant les images de la gare) à longueur de journée ?
      Je demande ça, parce qu’à ma gare, les agents réagissent du tac-o-tac : Dès qu’il y a une voiture qui stationne au niveau PN ou qu’une personne traverse les voies ou qu’une personne circule à vélo/rollers sur les quais, il y a une annonce (en effet sur un ton durci) qui suit dans les secondes..
      Comment ils font pour s’en rendre compte ?

    • mrlejustesncf dit :

      Bonjour BNC,

      Dans votre gare? Quel est-t-elle?

      il y’a différents type d’agents qui regarde les caméras.

      Premièrement, il y’a les agents SNCF qui effectuent les annonces sonores dans des gares concernées et qui ont des retours caméras pour effectivement adapter les annonces à la situation quand cela est nécessaire.(Pour ma part il m’arrive d’avoir recour à la dureté quand je vois une traversée de voies)

      Ces agents se trouve dans des P.I.V.I.F ou dans des postes d’aiguillage.

      deuxièmement, le service de surveillance qui lui gère la surveillance de toutes les gares d’une régions (c’est agents ne sont plus des agents SNCF ce sont des prestataire de service) et gère les appels aux différents intervenant et services de secours

    • BNC dit :

      Bonjour mrlejustesncf,
      Merci de votre réponse :-)
      Ma gare n’est pas sur la ligne J, c’est pour ça que je ne l’ai pas citée dans mon commentaire. C’est St-Nom La Bretèche pour répondre à votre question.

  7. monsieurlejustesncf3 dit :

    Tout comme pour les fumeurs récalcitrant on ne peut mettre un agent sur chaque portion de voies afin de contrôler. La mesure « Alerte Radio » est la plus adaptée et adéquate. Bien sur il faut l’adapter et permettre la reprise des circulations à marche prudente. pour éviter que le réseau surchargé soit perturbée (suppressions, retards, modifications de dessertes,…).

  8. monsieurlejustesncf3 dit :

    J’ai moi même parfois dû hausser le ton. Et être ferme dans mes propos lors d’une traversée de voie. Car je connais avant les personnes traversant ou se trouve le train qui doit passer. Et parfois cela ce joue à presque rien (très peu de temps avant le passage du train)

    Je peut vous dire que certaines on le trains au C… c’est le cas de le dire! et non le feu aux C… ;-)

  9. thierryPasser au statut dit :

    En conclusion il a un certain nombre de client qui sont vraiment inconscient.

    Par exemple J’a déjà vue un jeune assis sur le rebord d’un quai en train d’écouter de la musique et regardant dans le sens opposer a la circulation ferroviaire. Il faut vraiment être inconscient.

    Je ne pense pas que d’appliquer des PV sera suffisant pour inciter certain client a faire attention a leu propre sécurité.

    Que se serait il passer si 30 secondes avant le passage du train je n’avais pas fait signe a se jeune de se relevé?

    Les règles de sécurité doivent rester aussi draconiennes. Elle n’on pas été créée juste pour embêter les clients.

    Pour finir pensons au agent qui en cas d’accident doivent intervenir.
    Ce type d’intervention peut être traumatisant. Certain client en gare d’un val d’Argenteuil en on fait l’expérience lors d’un tragique accident de personne.

    Je pense que même si sa nous endette il vau mieux être en retard et avoir préservé la vie de quel qu’in plutôt que l’inverse.

    • mrlejustesncf dit :

      Je vous rejoins Thierry!

      J’ai moi-même moi-même dû intervenir en grande soirée pour demander à des jeunes de bien vouloir remonter sur le quais et d’utiliser les bancs présents sur le quais. Il avaient l’air étonné.

      Pareil j’ai souvent surpris des traversées de voies de jeunes : « On connait la gare? On connait les trains » véridique!!!

      Que répondre? J’ai donc répondu sur le même niveau : « Mais bien sûr! le bus vous connait et il s’arretera…Il en aura le temps bien sûr… En tout cas la prochaine fois utilisiez les passages souterrains s’il vous plait pour votre sécurité » réponse de leurs part: » ça va lachez-nous »

      Je vous énumère pas les jurons et autres auquels j’ai eu souvent le droit!

      Le meuilleurs c’est que les gens qui traverses ne traversent pas seule ou avec des copains…Ils traversent avec tout : Vélos, énorme sacs de sport,… là aussi véridique!!!

      AU SECOURS!!!!!

      puis des jeunes qui faisait un concours de traversée de voies et avaient pour objectif de ce cogner sur les panneaux publicitaire et de refaire le chemin inverse.

    • mrlejustesncf dit :

      pardon lire  » Mais bien sûr le train… » et non  » Mais bien sûr le bus » lol

      Enfin quoique ça fonctionne aussi avec le bus : » Mais bien sûr le bus s’arretera il en aura le temps bien sûr. Le train aussi!

  10. Elias75 dit :

    Bonjour,

    Juste un détail. Je parle plutôt des trains qui roulent avec ASCT à bord. Ce n’est pas rare, quand ceux-ci ne sont pas des pros de la transformation langage cheminot-langage « normal » qu’ils balancent : « suite à une alerte radio, nous devons stationner en pleine voie pour une durée indéterminée. » Et autant vous dire que personne ne comprend d’annonce. Un « suite à la demande d’un train d’effectuer l’arrêt général des circulations sur notre zone, nous devons stationner en pleine voie pendant une durée dont je n’ai pas encore connaissance, … ». Ca me semble bcp plus clair…
    Aussi, je me rappelle d’une fois où mon train a dû être supprimé suite à une panne de la radio. Mais autant vous dire que quand on entend ça, si on ne sait pas que la radio c’est un des éléments les plus importants dans le train, on pourrait rire. Quoi ? Il ne peut pas écouter France Info donc on peut pas partir ? Une annonce du type : « l’équipement permettant au conducteur de communiquer avec les différents services de la Sncf ne fonctionne plus, nous ne pouvons partir » me semble aussi préférable, dans un soucis de meilleur compréhension par les usagers de la cause du retard.

    Qu’en pensez-vous ?

    • mrlejustesncf dit :

      bonjour Elias75,

      effectivement la transformation du langage SNCF en langage clients n’est pas aisé pour tout le monde. et il peut aussi parfois dans le feu de l’action de ne pas faire attention. Puis de s’en apperçevoir et de rectifier ou d’expliquer!

      Effectivement si le conducteur ne peut pas écouter France Info il pourra tout de même conduire son train.

      Ce n’est pas avec une panne de la bande FM qu’il pourra échapper à son destin…Conduire son train! ;-)

    • mrlejustesncf dit :

      je suis d’accord avec votre proposition. Peut-être que Dame LARROUY pourrait noter et le sousmettre aux services de formation de l’étab commercial Train pour qu’il soit adapté.

      Il existe déjà des phrases pour indiquer ce genre de problème. Peut-être celle-ci peut être introduite dans les phrases à dire?

  11. En effet Elias75, vous avez tout à fait raison. Et sachez que vous même sans le savoir, vous venez de faire la même chose… En effet, vous avez employé le terme « ASCT ». Les béotiens ne savent surement pas ce que cela veut dire. ASCT = contrôleur. :)

    Il me semble me rappeler que Madame Larrouy nous avait dit qu’elle travaillait à la rédaction de message type à l’attention des contrôleurs, afin justement qu’ils emploient des termes compréhensible de tous.

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

  12. Bonjour à tous, oui, il y a un travail en cours sur la forme des annonces. Comme vous, il me semble que les propositions de Elias75 sont à prendre en compte. Je vais faire remonter son commentaire aux personnes qui travaillent sur le sujet.

    • Elias75 dit :

      Merci !
      L’objectif de ce genre d’annonce étant de faire comme si personne ne comprenait le sneufien (langage parlé par une minorité de la population ) !

      Bien à vous et bonne journée !

  13. thierryPasser au statut dit :

    Merci pour ces éléments.

    Je pense que ce travail sur les annonce devrait s faire avec des clients complètement extérieur au monde des transports afin que les annonces soit vraiment compréhensible par tous sans être trop longue !!

    • Bonjour Thierry, en dehors d’être un espace où vous pouvez déposer vos commentaires concernant les circulations, ce blog a justement pour objectif d’échanger avec vous sur ce genre de sujet.
      Même si vous en doutez l’ensemble de vos commentaires est repris et proposé aux responsables des divers projets. Cette démarche se généralise chez Transilien et nous souhaitons de plus en plus associer les voyageurs quand c’est possible. Toutes les suggestions sont bonnes à prendre mais elles ne sont parfois pas toutes applicables. Il faut tenir compte de la perception de tous.
      Pour exemple, dernièrement nous avons associé un voyageur de la ligne J au développement du nouveau site transilien.com. Dans le cadre de ce projet Transilien, chaque ligne a sollicité un voyageur pour avoir son avis. De plus, les clubs clients de ligne tendent à se développer. Vous aviez d’ailleurs déjà émis cette idée dans l’une de vos interventions et il me semble en effet que c’est un sujet à développer. Permettre des échanges autour d’une table avec des agents conduite, sureté, accueil… pour qu’ils comprennent mieux vos attentes est selon moi une des pistes à suivre.

    • A Martins dit :

      Mme croyez-vous réellement à ce que vous écrivez ?

      Cela fait des mois que de nombreux voyageurs écrivent sur ce blog sur les sujets suivants :
      . grève de décembre
      . pagaille monstre de février et incidents récurrents en raison d’avaries matérielles depuis lors
      . difficultés de circulation dans le centre commercial de la gare Saint-Lazare
      . questions sur la ponctualité
      . questions sur les conditions générales de vente du pass
      (…)

      à chaque fois vous avez tenté de terminer les discussions en disant que le débat était clos et concernant la ponctualité que ces débats sur des chiffres n’intéressaient personne.

      vous nous avez demandé récemment de poser des questions à G. Pépy, nous l’avons fait, aucune d’entre elle n’a été relayée.

      de nombreuses propositions sont faites depuis des mois par les clients, un exemple la prise de parole par le conducteur pour expliquer un incident et permettre aux voyageurs de prendre leur mal en patience. Vous nous avez expliqué que c’était compliqué, qu’il fallait faire des formations…bref encore des paroles.

      au final, vous parlez d’un dialogue mais il n’y a pas de dialogue, lorsque des critiques sont émises par des voyageurs, elles sont balayées d’un revers de la main.

      vous parlez maintenant d’échanges autour d’une table : les remarques faites ici à longueur de mois ne vous suffisent pas ? Oseriez-vous dire que tout ce qui « remonte » ici tant de la part des voyageurs que des personnels de la Sncf présents sur le terrain ne suffit pas à montrer les problèmes qui existent et qui s’amplifient au fil des mois ?

  14. mrlejustesncf dit :

    encore une fois d’accord avec vous DAME LARROUY!!! Des « tables rondes » clients/agents/Clients est important et est une bonne idée à mettre en place pour aussi voir que tout les agents ne sont pas détachés de la réalité du terrain et de l’environnement dans lequel il travail. Tout comme les visites de COT ou PCDIF. C’est une ouverture sur le public à étendre tout comme les opération « J’aime le train ».

  15. mrlejustesncf dit :

    UN PETIT MESSAGE QUI N’A PAS AVOIR AVEC LE SUJET DE CE POST!!!!!

    Je tenais juste à vous souhaitez – à tous ceux qui le sont depuis aujourd’hui, ou depuis quelques jours déjà – de bonnes vacances d’été 2012.

    Espèrant que ces vacances soient ensoleillées pour vous, en Ile-De-France ou ailleurs.

    Si vous êtes effectivement amenée à rester en Ile-de-France pour le travail (ou autres) comme beaucoup d’entres-nous. Bon courage lors de vos déplacement avec ces températures.

    Et n’oubliez pas d’emporter avec vous une bouteilles d’eau pour vous rafraichir.;-)

    Encore une fois, bonne vacances à tous!!!!!

Les commentaires sont fermés.