MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Le blog est en pause ! On se retrouve le 19 août :)
Contribuer

La gestion opérationnelle du trafic à Paris Saint-Lazare

8
Publié le 20/04/2012

Bonjour à tous, dans un de mes derniers billets, j’ai évoqué le fonctionnement du réseau ferré aujourd’hui et le rôle de la Direction de la Circulation Ferroviaire (localement c’est l’Etablissement Infrastructure Circulation)

Concrètement à St Lazare, ça se passe comment ? Qui sont les différents opérateurs de la gestion du trafic sur notre région ? 

Dans les postes d’aiguillage : les Opérateurs Circulation

Les Agents Circulations et les Aiguilleurs travaillent dans les postes d’aiguillage.

Il en existe une cinquantaine sur le réseau Saint-Lazare dont certains, visibles et imposants, jouxtent les voies de circulation. Plus d’une vingtaine de postes assurent le contrôle les trains sur la ligne J. Les plus importants, Mantes-la-Jolie et Sartrouville, disposent d’une zone d’action de plusieurs kilomètres.

Parmi eux, le poste d’Argenteuil le plus récent puisque datant de 2006, il fut entièrement rénové pour la mise en service de la ligne d’Ermont. Ces opérateurs sont chargés de la manœuvre des installations de sécurité (principalement certains signaux et appareils de voie) sur leur zone d’action qui peut s’étendre de quelques hectomètres en proche banlieue jusqu’à plusieurs kilomètres.

Ils orientent physiquement les trains selon leur destination (Ermont/Conflans par exemple) ou différentes voies (voie 1 ou 3 à Vernouillet). Ils tracent donc en temps utile et selon un programme journalier les itinéraires des différents trains attendus par commande informatique ou, dans des postes plus anciens, par des boutons ou des leviers. Ils assurent parallèlement d’importantes opérations de sécurité. Ces opérateurs appartiennent également à la Direction dela Circulation Ferroviaireet travaillent donc pour le Gestionnaire d’Infrastructure.

Le Centre Régional des Opérations (CRO)

Il existe une vingtaine de ces « Centres », dont, bien entendu, celui de Saint-Lazare. Il fonctionne 24h/24, toute l’année et assure la gestion opérationnelle de toutes les circulations de son territoire.

Voici un bref aperçu des métiers et du rôle de chacun.

Les acteurs du COGC (Centre opérationnel de Gestion des Circulations de la DCF)

Le Régulateur suit en temps réel la circulation des trains et s’assure du respect de la régularité et de la succession des trains.

Il y a en permanence 3 régulateurs qui gèrent plus de 800 km de voies sur lesquels circulent 2000 trains quotidiens. Ce périmètre s’étend de la proche banlieue jusqu’à Gisors, Vernon et Evreux en passant par la Normandie.

Il utilise en cas d’incident tous les moyens mis à sa disposition pour rétablir aussi vite que possible le trafic normal en réaffectant de façon optimale et selon des règles précises la capacité disponible pour les Entreprises Ferroviaires.

Il a donc la possibilité de faire limiter ou supprimer un train, modifier son itinéraire, sa mission, ou modifier l’ordre théorique de succession des trains en accord avec l’entreprise ferroviaire concernée. Il utilise des outils informatiques permettant de visualiser le trafic en temps réel. Le Régulateur est donc en contact permanent avec les postes d’aiguillage.

Ensuite il y a le Coordonnateur Régional Circulation (CRC). Il est l’autorité opérationnelle du COGC et des Régulateurs. Il assure une mission de supervision de la circulation en exploitant les indications fournies par les régulateurs.  Il pilote et gère les accidents et incidents. Il est chargé du déclenchement de processus opérationnels tels que rétention, détournement, allègement du graphique de circulation pour restriction de capacité, engagement de moyens de secours ou de relevage, demande d’interventions extérieures.

Il est en liaison permanente avec les Centres Opérationnels Départementaux d’Incendie et de Secours, et toutes les autres forces d’intervention. Il est aussi l’interlocuteur opérationnel de l’ensemble de toutes les entreprises ferroviaires qui passent sur le réseau (et oui, les trains qui passent sur les voies de PSL ne sont pas toujours SNCF !). C’est le CRC qui a la charge générale de toutes les opérations de sécurité.

Il est assisté par l’Aide Coordonnateur Régional Infra (ACRI), chargé en particulier du traitement des demandes de travaux ou sillon dits de « Dernière Minute ».

Maintenant venons en au Centre Opérationnel Transilien (COT)

Le COT est la cellule opérationnelle de l’activité Transilien de la SNCF au sein du Centre régional des opérations. Naturellement, elle est importante et assure trois missions fondamentales : la gestion de ses moyens de production (matériel et humain), l’adaptation de son propre plan de transport et l’information voyageurs.

Le Gestionnaire du plan de Transport et de l’Information (GTI) suit le plan de transport Transilien en situation normale et propose au Coordonnateur Régional Circulation et ses régulateurs des adaptations en cas de situation perturbée.

Ces décisions visent à résorber au plus vite un incident de manière à limiter les désagréments pour l’ensemble des voyageurs sous l’arbitrage du Coordonnateur Régional Circulation, qui je le rappelle est garant de l’équité vis-à-vis des autres entreprises et de la bonne gestion du réseau. Il veille à ce que les Gestionnaires de l’Information Voyageurs reçoivent bien toutes les informations relatives aux décisions prises et à la situation du trafic, et  coordonne les gestionnaires de moyens afin de couvrir le plan de transport journalier retenu dans le respect des règles de sécurité.

Les gestionnaires de moyens (GM) assurent la gestion opérationnelle du parc de rames tractées, d’automotrices et de locomotives affectées aux lignes LAJ, mais aussi celle des agents de conduite. Au gré des incidents et des retards, ces agents s’assurent en permanence de fournir pour chaque mission une rame et un agent de conduite. Pour être plus claire, Ils s’assurent que nous avons une rame et le conducteur qui va avec, que ce soit en situation normale ou perturbée. Ils déclenchent les demandes auprès des conducteurs de réserve si besoin. Ils veillent aussi au respect des rendez de maintenance et de nettoyage pour le matériel. Il s’appuie sur différents outils informatiques et des roulements théoriques.

Ces gestionnaires sont assistés par un Superviseur Matériel Opérationnel (SMO), qui réalise l’interface avec les centres de maintenance, assure le bouclage et le suivi des évènements matériels, le suivi des rendez-vous de maintenance, s’assure de la bonne organisation dans l’acheminement du matériel. Il réalise aussi les signalements propreté et confort des rames auprès des sites du Technicentre de PSL

Et enfin, les Gestionnaires de l’Information Voyageurs (GIV) sont en charge de faire circuler l’information opérationnelle pour la clientèle Transilien en cas de situation normale ou perturbée. Ils assurent l’interface entre le COT, les Postes d’Information Voyageurs d’Ile de France (PIVIF), les agents commerciaux en gare, les contrôleurs à bord des trains et le PC Info Transilien. Ce PC, qui fera l’objet d’un prochain billet, est chargé de l’information voyageur à distance (site transilien.com, alerte sms,…). Les GIV doivent aussi en cas de situation perturbée assurer la mise en place des substitutions routières. Ils rédigent et mettent également à jour les informations conjoncturelles qui se trouvent sur les écrans Infogare (en bas des écrans).

Bon, j’avoue que cette lecture peut s’avérer un peu complexe mais le sujet n’est pas simple.

8 commentaires pour “La gestion opérationnelle du trafic à Paris Saint-Lazare”

  1. EricBarthas dit :

    Bonjour,
    pour ma compréhension, pourriez vous svp me dire qui peut décider concrètement de faire dévier un train du GrV vers le GrVI ?
    Le GTI ou le CRC ?
    Par exemple, mardi soir 28/08 des trains direct PSL Mantes sont passés par CSH imposant le terminus dans cette gare pour le transilien normal MLJ via CSH.

    Quelles sont les règles mises en œuvre pour aider à la prise de décision ?

    Merci.

  2. Freddy dit :

    pour ma compréhension, pourriez vous svp me dire qui peut décider concrètement de faire dévier un train du GrV vers le GrVI ?
    Le GTI ou le CRC ?

    Le CRC « est chargé du déclenchement de processus opérationnels tels que rétention, détournement, allègement du graphique de circulation pour restriction de capacité, engagement de moyens de secours ou de relevage, demande d’interventions extérieures ».

    • EricBPasser au statut dit :

      Merci pour la réponse à la première question. Ce qui me laisse penser ne peux que organiser le trafic en fonction des ordres du CRC. J’étendrais cette remarque à l’ensemble du COT.

      Reste à savoir quelles sont les règles mises en œuvre pour aider à la prise de décision ?

  3. Maxime13Passer au statut dit :

    C’est lu….je comprends mieux la complexité de certaine choses, mais n’explique pas tout cependant. merci pour ce billet

  4. EricBarthas dit :

    Pourriez vous svp nous indiquer la relation entre le COT qui décide des circulations Transilien et le COE dont dépendent les ADC ?

    Merci.

  5. R-icPasser au statut dit :

    Donc on a déjà deux patrons pour deux services qui devraient n’en être qu’un… ça laisse songeur…

  6. Bonjour, le COT (Centre Opérationnel Transilien) est le décideur du plan de transport. Il est aussi responsable en opérationnel de la gestion des agents de conduite et du matériel roulant, ainsi que de l’information. Et ce, pour l’ensemble des trains des lignes L, A et J. Le COE (Centre Opérationnel Escale) est en quelque sorte son relais et l’assembleur au niveau de la gare de Paris Saint-Lazare : le chef d’escale (au COE) en relation avec le gestionnaire du plan de transport et de l’information du COT, va piloter la gestion des agents de l’escale (exemples : agents de départ), le relais avec les agents de conduite, la gestion de l’affichage de la gare, les annonces sonores. Il a aussi en charge la gestion des flux sur la plate-forme, et est un relais d’information pour le COT.

    • R-icPasser au statut dit :

      Pardon, j’ai mis mon commentaire un peu trop haut….

      Je le redépose donc :

      Donc on a déjà deux patrons pour deux services qui devraient n’en être qu’un… ça laisse songeur…

Les commentaires sont fermés.