MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Les trains des lignes L&J

12
Publié le 30/03/2021

Vous les reconnaissez, mais les connaissez vous ?
Ladies and gentlemen, dans ce billet les trains de vos lignes L&J sont à l'honneur !

Depuis le mois de février, l’axe qui relie Paris Saint-Lazare à Mantes la Jolie en passant par Conflans Sainte-Honorine (également appelée « J6 Mantes par les connaisseurs qui se reconnaitront sur ce blog ;)) est désormais équipé à 100% par des trains neufs, les fameuses rames Z50 tant appréciées.

Et le déploiement de ces nouvelles rames va se poursuivre dès le mois de mai sur l’axe Gisors.

Mais avant ces rames flambant neuves, d’autres trains ont accompagné des générations de franciliens au quotidien, vers leur travail, leur école, leurs entretiens d’embauche, leur 1er rendez-vous et tant d’autres moments qui rythment une vie. Souvent présent en toile de fond, le train est un figurant discret dans la plupart de nos souvenirs.

Alors en guise d’hommage et de passage de témoin des rames qui ne rouleront plus aux rames qui prennent la relève, je prends l’occasion de ce billet pour vous présenter les trains de vos lignes L&J. Je vous souhaite un agréable voyage.

 

Sur les lignes L&J

 

📄 FICHE D’IDENTITÉ

 

Nom : Z50 000

Mise en service : à partir de 2009

Longueur : 94,31 mètres (7 voitures) / 112,5 mètres (8 voitures)

Vitesse maximale : 140 km/h

Nombre de voitures : Sur les lignes L&J : 7  en composition train court / 14 en composition train long

Places : 730 dont 396 places assises (train court) / 1460 dont 792 places assises (train long)

Confort et élégance sur rails, la rame Z50 pourrait être résumée en ces mots. D’abord déployées à 100% sur la ligne L et sur la branche d’Ermont Eaubonne sur la ligne J (J4), ces nouvelles rames qui sortent des ateliers Bombardier sont à ce point fiables que leur arrivée sur une ligne se traduit toujours par un saut de performance. Ses systèmes automatisés permettent également de simplifier la maintenance et de remonter des informations sur le matériel en temps réel.

Sur la ligne J

 

📄 FICHE D’IDENTITÉ

Nom : VB2N (Voitures Banlieues 2 Niveaux)

Mise en service : entre 1975 et 1984. 80 rames entièrement rénovées en 2007.

Longueur : 146,18 mètres (6 voitures) / 170,46 mètres (7 voitures)

Vitesse maximale : 140 km/h

Nombre de voitures : Sur les lignes L&J : 6  (composition possible uniquement en unité simple)

Places : 1508 dont 887 places assises incluant 87 strapontins

Les rames VB2N sont l’emblème du train de la banlieue ouest francilienne, elles équipe effectivement aussi les lignes N&U. Il s’agit de rames remorquées (tractées ou poussées) par des locomotives de type BB 27300 ou BB 7600. Elles sont aujourd’hui en fin de parcours, dans le courant de l’année, elles ne circuleront d’ailleurs plus que sur l’axe Mantes la Jolie via Poissy (J5) qui verra arriver les nouvelles rames RER NG dans les prochaines années avec la mise en place du projet EOLE.

 

Sur la ligne L

Depuis le mois de novembre 2020, la ligne L ne voit plus circuler que les nouvelles rames Z50. Avant cela les emblématiques rames Z6400 ont circulé pendant plus de 3 décennies sur ses sillons. Je ne pouvais ainsi pas conclure ce billet sans les présenter en guise de dernier hommage :)

📄 FICHE D’IDENTITÉ

 

Nom : Z6400

Mise en service : entre 1976 et 1979

Longueur : 92,43 mètres

Vitesse maximale : 140 km/h

Nombre de voitures : Sur les lignes L&J : 4  en composition train court / 8 en composition train long

Places : 668 dont 420 places assises incluant 88 strapontins (train court) / 1376 dont 840 places assises (train long) incluant 176 strapontins (train long)

Sur Twitter, leurs derniers trajets a été largement accompagnés par vos messages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et vous ? Avez-vous des anecdotes sympathiques à partager sur le train ?

On vous attend en commentaires :)

12 commentaires pour “Les trains des lignes L&J”

  1. StephanePasser en mode normal dit :

    Cédric, vous auriez pu aussi rendre hommage aux Z 6300 et RIB, qui ont également circulé sur la ligne J entre les années 1970 et aujourd’hui ! Quant aux Z 6400, je ne suis pas sûr qu’elles aient circulé ailleurs que sur la ligne L et la liaison Gare du nord — Roissy CDG au tout début.

    • CédricPasser au statut dit :

      Bonjour Stephane,
      merci pour ces compléments :)
      Je vais creuser le point, néanmoins qu’entendez-vous par « jusqu’à aujourd’hui » ? Ces rames ne circulent plus sur la ligne depuis quelques temps me semble-t-il.
      Je suis preneur de vos lumières et points de vue sur le sujet :) J’en prendrai compte pour une mise à jour du billet.
      Bonne journée et à très bientôt.
      Cédric

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Cédric, je n’ai pas écrit « jusqu’à aujourd’hui » mais « entre les années 1970 et aujourd’hui ». Or même si les RIB ne circulent plus depuis un jour situé avant aujourd’hui dans le temps, la période « entre les années 1970 et ce jour où les RIB n’ont plus circulé sur la lige J » est bien incluse dans la période plus longue située « entre les années 1970 et aujourd’hui ». De toute façon, si on parle des VB2N, on ne peut pas ignorer les Z 6300 et les RIB qui ont été assez longtemps contemporaines des premières.

  2. Bonjour Cédric, je rejoins Stéphane dans sa demande de rendre hommage aux Z 6300 et aux RIB. Et si l’on veut être exhaustif, on pourrait aussi parler des Z 20500 qui ont circuler pendant quelques années sur J4 après le retrait des Z 6300, ainsi que sur L3, en particulier l’axe Paris – Nanterre, jusqu’à l’arrivée des premiers Francilien (Z 50000). Il y a eu également des Z 22500, le matériel utilisé actuellement sur la ligne E du RER, qui ont circulé quelques temps sur L3 en attendant l’ouverture du prolongement entre Villiers sur Marne et Tournan.

    Par ailleurs, je me permets des petites corrections si vous me permettez Cédric.

    – Concernant les VB2N, la photo représente une VB2N attelée à une BB 7600. Ces locomotives ne circulent pas sur les lignes L&J, mais uniquement la ligne N. Pour la ligne J ce sont des BB 27300, également sur la N aussi. Concernant le nombre de voiture, vous dites que sur les lignes L&J la composition est de 6 voitures. C’est exact, mais attention les VB2N circulent uniquement sur la ligne J. Vous dites plus bas également qu’elles équipent les lignes N&U. Attention, il n’y a pas de VB2N sur la ligne U. La ligne U est parcouru par des Z 8800, du matériel automoteur. Il n’y a donc pas besoin de locomotive.

    – Concernant les Z 6400, pour le nombre de voiture, vous dites sur les lignes L&J : 7 en composition train court / 14 en composition train long. Les Z 6400 n’ont circulé que sur la ligne L, et à de rares exceptions sur la J lors de travaux. Le nombre de voiture était de 4 en composition train court, et 8 en composition train long. Leur vitesse maximale était de 140 km/h et non pas 160.

    Je finirai avec des anecdotes, car depuis que je prends le train, j’en ai plein. Par exemple dans les années 80 et 90, il fallait à peine une heure pour faire Paris Gisors ! Il s’agissait de trains diesels qui ne desservaient que les gares de Pontoise, Chars, Chaumont en Vexin, Gisors, et continuaient au-delà jusqu’à Serqueux. Aujourd’hui, avec tous les arrêts rajoutés, il faut compter 1h30. Quoique les trains semi-direct Gisors ne mettent qu’une heure dix, soit 10 minutes de plus qu’il y a 40 ans.

    Autre anecdote : si aujourd’hui le matériel Normand n’est utilisé que sur les lignes Normandes et sur les relations avec Paris, j’ai vu du matériel Normand être utilisé également pour la banlieue. Au début des années 90, avant que la ligne Mantes – Caen – Cherbourg ne soit électrifié, il y avait un train diesel qui faisait un aller-retour Mantes – Évreux. Une fois revenu à Mantes, il faisait un train Mantes – Paris via Conflans Ste Honorine. Le matériel était une rame RIO pour Rame Inox Omnibus, semblable à nos RIB, mais plus confortable, et tracté par une locomotive diesel, étant donné que la ligne Mantes – Caen – Cherbourg n’était pas encore électrifié.

    Une dernier anecdote : si les trains de la ligne N propose aujourd’hui des trains Paris-Montparnasse – Mantes la Jolie, dans les années 90, les trains de la ligne N (qui ne s’appelait pas encore comme ça), ne s’aventuraient pas jusqu’à Mantes. Soit ils étaient terminus Plaisir-Grignon, soit ils allaient jusqu’à Dreux. Les voyageurs étaient obligé de changer de train à Plaisir-Grignon, et prendre un autorail diesel jusqu’à Mantes. Parfois les autorails étaient terminus Épône-Mezières, ce qui impliquait un deuxième changement pour rejoindre Mantes la Jolie !

    Si vous voulez encore des anecdotes, faites moi signe. :)

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • CédricPasser au statut dit :

      Bonjour Franck,
      merci pour tous ces compléments, vous êtes une véritable encyclopédie ;)
      Mes excuses pour les approximations ou les « erreurs » que vous avez décelez, je m’appuies pourtant sur des documents officiels.
      Vous semble-t-il envisageable de partager vos sources avec moi par mail de manière à ce que je corrige l’article et que j’ajoute l’hommage aux trais non cités ?
      Dans tous les cas un grand merci à nouveau età très bientôt.
      Cédric

  3. Michael.JPasser au statut dit :

    Bonjour
    Vous dites que 100 pour 100 des trains circulants sur l’axe Paris – Mantes la Jolie via Conflans sont des Z50 000. Or la semaine dernière encore, une VB2N assurait ce trajet, et à ce que je sais, c’est tous les jours le cas.
    De plus, à quelle date exactement l’axe Paris -Gisors sera-t-il exploité avec les Z50 000? Vous parlez de Mai , en espérant que ce ne soit pas repoussé car un ami qui conduit sur cette ligne m’a dit qu’aucune date précise ne leur a été communiqué à ce sujet. Seriez-vous mieux informé qu’eux?🤣🤣🤣
    Cordialement.

    • Michael.JPasser au statut dit :

      Bonjour Cédric. Je vous confirme qu’aujourd’hui encore, le,trajet Paris-Saint- Lazare – Mantes la Jolie via Conflans est encore effectué par des VB2N. Dire que 100 % des liaisons sont effectués en Z50 000 est donc faux.
      Cordialement.

    • Bonjour Michael.J, il est possible qu’une Z50000 soit immobilisée dans les ateliers de maintenance pour une longue durée. Dans ce cas, durant son immobilisation, elle est remplacée pour une VB2N. Il est également possible qu’il y ait une exception, et que de rares trains soient assurés par des VB2N pour des raisons de roulement de rame, et que Cédric n’en a pas été informé.

      Il faut savoir que le roulement des rames est extrêmement complexe. Ceci d’autant plus que les Z50000 ne sont pas encore autorisées à rouler jusqu’à Gisors. Le train que vous avez pris a peut-être effectué juste avant un Paris -> Gisors, puis Gisors -> Paris. Évidemment ce train ne pouvait être fait qu’avec une VB2N. Une fois arrivée à Paris, ce train devait faire ensuite un Paris – Mantes via Conflans. Et voilà comment votre train s’est retrouvé assuré par une VB2N.

      Après il y a aussi la possibilité d’échanger des rames. Mais sortir une Z50000 du dépôt et rentrer la VB2N au dépôt pour échanger les rames mobilise 2 conducteurs. En faisant le train Paris – Mantes par Conflans avec la VB2N, pas besoin de sortir une Z50000 du dépôt, et donc on économise un conducteur. Vous voyez ce que je veux dire Michael.J ?

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Franck, doit-on comprendre, en lisant votre commentaire, qu’un A/R sur la branche de Gisors est toujours suivi d’un A/R Mantes par Conflans ? Ou, pour le moins, en heures creuses.

  4. Pas forcément Stéphane. Je pense que le plan de transport a été établi afin que les Z50000 circulent sur les relations Paris – Mantes via Conflans, et Paris – Pontoise. Mais il doit y avoir des moments ou cela est inévitable.

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Merci, Franck. Cela dit, en heures creuses, si un train arrivant de Mantes doit repartir vers Mantes, cela veut dire qu’il reste en gare de PSL plus de 30 min. N’est-ce pas un peu long ? Et ce, en précisant que la plupart des terminus de la branche Gisors sont, de nos jours, des terminus Boissy.

  5. Je pense Stéphane qu’ils jonglent avec les rames qui circulent sur l’axe Paris – Ermont. Il n’est pas impossible également, et je pense que c’est même sur, que des rames stationne plus de 30 minutes. Mais en heures creuses ce n’est pas un problème. Il y a suffisamment de voie pour qu’une rame stationne 30 minutes voir plus.

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

Laisser un commentaire