MaligneJ.transilien.com est un blog de SNCF
Blog en pause : Les publications reprennent le 26/12
Contribuer

Les groupes de lignes

39
Publié le 5/07/2012

Bonjour à tous, le réseau de Paris St Lazare est assez complexe et il se compose de 5 groupes. Voici les différents groupes en image, j’espère que pour certains, il sera dorénavant plus simple de comprendre les interventions de certains commentateurs.

Je ne vais pas reprendre la ligne A qui n’a pas la gare St Lazare pour origine. Comme l’a dit Franck, le groupe 1 n’existe plus, nous commençons donc par la ligne L avec le groupe 2 + Grande Ceinture Ouest  (en marron):

Ensuite le groupe 3, toujours ligne L

Ensuite le groupe 4, qui est sur la ligne J qui compte, à elle seule, 3 groupes :

Le groupe 5 :

 

Et pour finir le groupe 6 :

 

Tous ces groupes convergent vers St Lazare et c’est parfois ce qui explique qu’un incident sur l’un des groupes peut avoir des répercussions sur l’autre.

Au total, il y a 418  kilomètres de ligne, 88 gares, 44 postes d’aiguillage. Ce réseau est utilisé à la fois pour de la circulation de voyageurs  mais aussi pour le transport de marchandises.

Pour la seule activité Transilien, il faut compter environ 1670 trains jour. Il faut aussi ajouter une centaine de circulations supplémentaires pour les trains TER et Intercités.

Ce réseau est utilisé nuit et jour sauf en cas de travaux. En effet, même après le dernier train de voyageurs, il y a encore de nombreux trains en mouvement (fret, préparation de chantier travaux, etc.).

Voilà, j’espère que maintenant vous savez tout sur les groupes de lignes de paris St Lazare.

 

39 commentaires pour “Les groupes de lignes”

  1. alpein dit :

    Merci effectivement cela est très complexe :)

    du coup, cela me fait poser cette question : quel etait le Groupe 1 ? (peut etre que cela a déjà été dit, mais j’avoue que j’ai oublié :( )

    Cordialement

    • Bonjour, c’était Pont-Cardinet – Auteuil.

    • Alpein dit :

      Merci pour votre réponse :)
      effectivement ce n’est plus très jeune :)

    • StephanePasser en mode normal dit :

      Et la section de Péreire-Levallois à Avenue Henri Martin de cette ligne est toujours exploitée voyageurs. C’est une partie de la branche VMI (Vallée de Montmorency-Invalides) du RER C.

    • Cette section fait justement partie de l’ex groupe I.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Freddy dit :

      Bonjour,

      Le Groupe I avait bien pour gare origine Paris Saint-Lazare. La saturation (déjà) des voies à quai et des voies d’accès, les travaux dans la tranchée des Batignolles ont fait migrer, pour un provisoire définitif, la ligne d’Auteuil vers Pont-Cardinet.

      Les transports en commun modernes (autobus, métro) ont fait le reste !!

    • Elmer dit :

      Oui, le provisoire peut parfois durer très longtemps ! XoD Je pense par exemple à Nanterre-Université…

  2. BNC dit :

    Bonjour,
    Merci Mme Larrouy pour votre article : En effet ça a le mérite d’éclaircir les choses.
    Pouvez vous nous dire quel est l’intérêt de cette décomposition en 6 groupes ?
    Qu’est-ce que ça change pour moi usager de savoir que je suis dans tel ou tel groupe ?
    Pourquoi les gens qui parlent en terme de groupe, ne parlent pas plutôt du Paris-Mantes par conflans ou du Paris-Ermont ?

    • Je me permets de répondre BNC, sous contrôle de Madame Larrouy.

      La décomposition en 6 groupes remonte à l’époque ou des destinations supplémentaires ont été rajoutés au départ de la gare St Lazare. Rappelons qu’au tout début, elle ne proposait qu’une seule destination : Paris St Lazare – St Germain en Laye. Cette décomposition par groupe est avant tout pour un usage interne, et est encore utilisé de nos jours. Si vous avez l’occasion de visiter un jour le COT de Paris St Lazare, vous pourrez entre lors des échanges entre conducteur et régulateur qu’ils utilisent ce langage. Exemple : J’ai un train en panne sur le groupe V, donc je te dévie par le groupe VI.

      Vous avez entièrement raison, les usagers n’en n’ont que faire de savoir qu’ils sont sur tel ou tel groupe. Les gens qui utilise ce terme sont les connaisseurs, mais il est vrai que pour être compréhensible de tous, il serait plus simple de dire Paris – Ermont, Paris – Versailles, etc.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Faute de frappe. Il fallait lire : Si vous avez l’occasion de visiter un jour le COT de Paris St Lazare, vous pourrez entendre lors des échanges…

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Bonjour Franck, vous avez sûrement raison, c’est historique et je ne connais pas les raisons de ce choix.
      Je viens de solliciter un agent qui je pense va pouvoir m’apporter des réponses. Il se passionne comme vous pour le sujet et j’aurai peut-être des compléments d’infos à vous apportez.
      Pour répondre, oui, ce n’est qu’un langage interne mais sur ce blog vous êtes nombreux à utiliser ces appellations ce qui rend parfois la compréhension de tous plus compliquée. Pour nous c’est plus rapide de dire Groupe, 4, 5 ou 6.
      L’intérêt pour les voyageurs est juste de savoir que tous les groupes passent au même endroit (Asnières) et que parfois un incident a des impacts sur plusieurs groupes.

    • Exact. Et encore il y a des personnes comme Monsieur Devaux, notre directeur de ligne que je salue au passage, qui utilisent les termes L2, L3, J4, J5, et J6. Ce qui veut dire ligne L groupe 2, ligne L groupe 3, ligne J groupe 4, etc.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • BNC dit :

      Merci pour vos explications.

      P.S : Au début, il y avait une ligne qui faisait PSL – St Germain En Laye ? Qu’est elle devenue ?
      En termes de dates, on se situerait en quelle année ?

    • FreshPasser en mode normal dit :

      En effet, il y avait une liaison Paris Saint Lazare/Saint Germain.
      Cette ligne a été ouverte en partie en 1837 jusqu’au Pecq puis en 1847 jusqu’à Saint Germain.
      La voie reprenait le Gr III jusqu’à Nanterre Université puis les voies actuelles du RER A pour Saint Germain.
      En 1972, le tronçon Nanterre Université/Saint Germain en Laye est confié à la RATP pour l’intégrer au RER A.

    • Elmer dit :

      Et pour être encore un peu plus précis, la ligne Paris-Saint-Germain ne reprenait pas tout à fait l’actuel tracé du groupe III. En réalité, elle passait par Asnières et prenait le chemin de l’actuel groupe V, jusqu’un peu après la Garenne-Colombes (la Garenne-Bezons, à l’époque…) où par la suite, on a installé une bifurcation pour la création de la ligne de Rouen. Ainsi, pendant longtemps, ces deux lignes ont cohabité sur un tronc commun Paris-La Garenne.

      Le tracé actuel du groupe III emprunte en réalité ce qui ne fût qu’un raccordement de Bécon-les-bruyères (une gare créée purement et simplement au beau milieu d’une ancienne sablière !) à la Garenne, via les Vallées. Ce n’est que plus tard, en effet, qu’on a décidé de séparer les lignes de Saint-Germain et de Rouen d’une part en les doublant sur une partie du tronc commun, et d’autre part en utilisant ce raccordement de façon systématique. Dans le même laps de temps, on a décidé de doubler également le tronçon Asnières-Bécon (qui était donc devenu commun aux groupes II et III…).

      Pour la suite de l’histoire, Fresh a parfaitement répondu ! =o) D’ailleurs, lorsqu’on se trouve en cabine dans la ligne droite entre la Garenne et Nanterre-Université, on peut constater l’étonnant alignement des voies du groupe III et du RER A. Et pour cause, elles ne faisaient qu’une, il y a bien longtemps !

    • Bravo Elmer, vous êtes encore plus calé que moi ! J’ai appris des choses passionnante. Merci pour l’info.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • BNC dit :

      Merci à vous pour cette bonne petite note historique.

      @fresh : je ne savais pas que tu étais calé en histoire du ferroviaire :-)

    • Ailpein dit :

      Je rejoint le commentaire de BNC car pour nous, clients/usagers, cela n’est pas très clair

      Cordialement

  3. Victor dit :

    Ne serais t-il pas judicieux de séparer les groupes des lignes en lignes différentes ?
    je suis abonné aux alertes trafic de la ligne J et je reçois de nombreuses alertes concernant des problèmes sur une branche qui ne me concerne pas et n’ayant aucun impact (ou du moins je découvre s’il y a un impact en arrivant à la gare, ce qui ne nous aide pas beaucoup)

    • Bonjour, certaines parties de notre ligne sont maillées, exemple, Paris Ermont et Paris Mantes via Conflans jusqu’à Argenteuil. Donc, quand il y a un incident avant Argenteuil, le trafic est perturbé sur ces deux axes.
      Idem, vers Paris Mantes via Poissy et Paris Mantes via Conflans au départ de Mantes, en cas d’incident, es trains peuvent être déviés d’un groupe à l’autre.
      Nous avons de nombreux points de contournement donc de déviations sur la région. Le risque de séparer les alertes est bien que vous ne soyez pas informé qu’il y a des perturbations.

  4. StephanePasser en mode normal dit :

    Hélène, il manque certaines gares pourtant à quai sur les plans des groupes ici publiés (groupe 2 : Pont-Cardinet à Asnières ; groupe 4 : Pont-Cardinet et Clichy-Levallois ; groupe 5 : La Garenne-Colombes, Sartrouville (dans le sens banlieue-Paris), Maisons-Laffitte et Médan ; groupe 6 : Asnières et Le Stade (j’ai un doute pour cette dernière station) ) ! Cela dit, vous avez sans doute voulu vous limiter à l’exploitation actuelle (en terme de missions).
    S’agissant de la section de Maisons-Laffitte à Poissy, même si elle n’est pas sur la ligne L, elle fait aussi partie du groupe 3 ou je me trompe ?
    Il serait intéressant de préciser également qu’un groupe correspond à une paire de voies au départ et à l’arrivée de PSL ou, plus exactement, à quelques hectomètres.
    N’oublions pas non plus le groupe auxiliaire qui compte une seule voie et relie la gare au dépôt des Batignolles.

    • Bonjour Stéphane, tout à fait, c’est bien cela. Pour la partie Maisons Laffitte Poissy, pour moi c’est du groupe 5.

    • Exact Stéphane. Ainsi les trains du groupe II partent habituellement des voie 1 à 4. Ceux du groupe III des voies 5 à 8, etc.

      La voie qui relie au dépôt des Batignolles n’est pas un groupe. C’est une voie de liaison.

      Quant à la section Maisons-Laffitte – Poissy, officiellement les voies empruntées par le RER A sont du groupe III, sans pour autant faire partie de la ligne L…

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Elmer dit :

      A ce propos, le groupe auxiliaire a bien existé… C’était à l’époque où la tranchée des Batignolles n’était pas encore ouverte. Au fond, il y avait quatre tunnels pouvant faire passer deux voies chacun seulement. Et oui, ça nous fait un total de quatre groupes seulement… Sur cinq… Mais, à cause de l’épaisseur des pieds-droits, il n’était pas possible de ménager le passage d’un cinquième groupe. Il y avait donc en gare un groupe auxiliaire, qui sortait de la gare en tronc-commun par le tunnel du groupe V, et s’écartait à nouveau côté Batignolles pour former l’actuel groupe VI.

      Après l’ouverture de la tranchée, il fut alors possible de faire passer les cinq groupes, plus une voie (la fameuse voie unique de circulation entre Saint-Lazare et Batignolles…). Et donc, plus de groupe auxiliaire !

  5. FreshPasser en mode normal dit :

    Avant que la SNCF existe, il y avait plusieurs compagnies qui se partageaient les voies et quais à Saint Lazare et différentes lignes.
    Ceci a amené la création de « groupe ».

    • Elmer dit :

      D’ailleurs, la gestion par groupe est un cas unique en Ile-de-France, et est effectivement un héritage de la cohabitation de plusieurs compagnies dans une même gare terminale. Il y a eu « le Saint-Germain », la ceinture (groupe I), puis la compagnie de l’Ouest, et celle de l’Etat.

      Aujourd’hui, si on regarde bien la gare, on peut encore constater que chaque groupe a une hauteur de quai à lui. Ainsi, les Z6400 semblent toutes se ressembler, mais en réalité, celles qui tournent habituellement sur le Groupe II n’ont pas de marchepied extérieur sur les accès voyageurs, comme en ont celles du Groupe III…

      Et d’une façon plus « opérationnelle », la gestion par groupe apporte de nombreux avantages en terme d’exploitation. Chaque groupe est indépendant des autres ! Un incident sur un n’a d’incidence sur les autres que si l’incident en question est conséquent. En revanche, dans d’autres gares parisiennes, et pas forcément des moindres, un incident en sortie de gare peut paralyser la gare dans sa quasi-totalité ! C’était un peu visionnaire pour l’époque, et personne aujourd’hui ne songe à revenir sur ce système d’exploitation de la gare !

    • Freddy dit :

      D’ailleurs, la gestion par groupe est un cas unique en Ile-de-France …

      On peut tout de même considérer l’exploitation de Paris-Nord comme un compte approchant avec des groupes de voies bien définies : le groupe Orry (voies DO/RO Départ Orry/Retour Orry), les voies Montsoult (voies DM/RM), etc …

    • EricBarthas dit :

      Je commente sur ce vieux message car il y a un abus de langage qui me choque.

      Je cite :
      Chaque groupe est indépendant des autres ! Un incident sur un n’a d’incidence sur les autres que si l’incident en question est conséquent.

      A partir de quel moment un incident est conséquent ?

      Je peux montrer par les faits passés que le moindre incident affectant des intercités du groupe 5 affecte systématiquement le groupe 6, même si (et surtout) l’incident n’a pas lieu en sortie de gare.

  6. EricBPasser au statut dit :

    Bonsoir,
    un peu d’explication ne peut pas faire de mal.

    Mais (désolé mais je me suis inscrit pour ça) je me permets de faire quelques critiques.
    – Une seule lettre pour plusieurs dessertes distinctes, je trouve cet usage abusif car pas clair : par exemple J via poissy ou conflans ce sont 2 lignes vraiment distinctes, alors quand une alerte sur la ligne J tombe, on est pas vraiment avancé. Il y a 26 lettres dans l’alphabet, je note un manque d’imagination flagrant.
    – Certes il y a beaucoup de lignes qui convergent sur PSL (en fait non pas tant que ça : 2, J et L), mais avec 27 voies au départ je ne comprends pas toujours le flou qui peut régner tant à l’arrivée qu’au départ sachant que chaque groupe dispose de ses voies. Avec le cadencement tous les trains de la même minute (par exemple le 17h56 pour mantes via conflans) devraient partir et arriver du même endroit d’un jour à l’autre en semaine. Or ce n’est pas le cas un coup 20 un coup 25 un coup 26 etc…
    Bref, des choses à changer, mais étant donné que c’est au niveau opérationnel, c’est pas demain la veille que cela arrivera.

  7. Ca je crois que c’est à cause des travaux. Freddy pourrait peut-être apporter des infos complémentaires. ;o))

    Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

  8. Freddy dit :

    Bonjour

    Chaque groupe dispose de ses voies à quais mais certains n’ont pas assez de voies pour accueillir la totalité de ses propres missions !!

    Ensuite, la théorie c’est bien, mais la pratique diffère.

    Un train qui ne part pas, c’est un changement de voie assuré pour le prochain train attendu et qui devait prendre cette place précise, donc une autre modification pour le second qui se voit, lui aussi, privé de sa voie d’arrivée théorique etc …

    Un train Ligne J malade à l’arrivée devant être évacué vers le site des Batignolles sera en outre reçu de préférence sur des voies « hautes », idem pour la rame de remplacement issue du même site,ceci afin d’éviter les incontournables et problématiques cisaillements. La source étant intarissable en pointe, il est difficile de suivre, et surtout de se replacer sur un plan théorique.

    Un installation défaillante le jour B, et qui ne l’était pas le jour A,peut amener à modifier le plan d’occupation des voies et s’éloigner du plan théorique. En journée, des travaux peuvent eux aussi apporter leurs lots de modifications.

    C’est effectivement au niveau opérationnel que celà se joue et par définition, c’est effectivement pas demain la veille que les choses changeront.

    • BNC dit :

      Merci Freddy ! ça fait un bail que je voulais avoir une réponse à la question.

      Mais du coup, il y a quand même un plan théorique d’occupation des voies, comme il y en a un pour les horaires ?
      Et c’est le gestionnaire des circulations et l’aiguilleur qui s’occupent de ça dans le poste d’aiguillage ? A savoir dans quelle voie va rentrer chaque train, et à reprogrammer un plan d’occupation des voies ?

    • juju972 dit :

      BNC,

      Sauf erreur de ma part, ce sont bien les aiguilleurs qui ont la charge de programmer l’occupation

    • Freddy dit :

      Bonjour BNC

      Il existe effectivement un plan théorique d’occupation des voies préparé en amont parallèlement au service annuel des horaires.

      Par contre, en opérationnel, ce sont bien les Aiguilleurs et Agents Circulation qui en assurent la gestion en fonction des aléas du direct : incidents et retards, croisements de rames, etc …

      Ils passent donc du temps à « reprogrammer » ce Graphique d’Occupation des Voies (GOV), surtout en pointe, pour revenir le plus rapidement possible au plan initial théorique. Un peu comme le régulateur sur sa section de ligne.

      On peut noter que même si c’est beaucoup moins parlant qu’à PSL, toutes les gares, de La Défense à Mantes, disposent d’un plan d’occupation des voies en fonction des dessertes.

  9. Thomas78Passer au statut dit :

    Il aurait pu être intéressant pour le groupe 5 de symboliser les branches Breval (direction Evreux) et Bonnieres (dir Vernon) au dela de Mantes la Jolie qui font elles aussi parti du réseau transilien sur leur portion Ile de France.

  10. Eric Marqueteau dit :

    Bonjour à tous! Je suis nouveau sur le blog mais je m’intéresse beaucoup aux transports ferroviaires en France. Je suis Francilien et j’aurais aimé savoir pourquoi la SNCF ne réfléchit pas à une réactivation du groupe I de la Ligne d’Auteuil et la ligne de Petite Ceinture? Merci par avance pour vos réponses!

    • Bonjour Eric, je suis comme vous alors on va bien s’entendre !

      Une réactivation de la ligne d’Auteuil est impossible. Une grosse partie du tracé a été reprise par le RER C. Quant au terminus à Pont-Cardinet, il n’est plus accessible depuis la construction de nouveaux immeuble. RFF envisage d’ailleurs de vendre le reste de la plateforme ferroviaire qui va jusqu’à Pereire. Il reste la section de l’avenue Henri-Martin à Auteuil. À la création du RER, il était question de faire des navettes entre l’avenue Henri-Martin et Auteuil, mais le projet n’a pas abouti. Il a été question ensuite de créer une nouvelle branche du RER C entre l’avenue Henri-Martin et Auteuil, mais la aussi ça n’a pas abouti. La ligne C est déjà suffisamment tentaculaire comme ça, ce n’est pas nécessaire d’y rajouter une branche de plus. Auteuil est bien desservie par le métro, et la prolongation du T3 offrira une liaison rapide.

      Franck – Comité d’usagers de l’ouest francilien

    • Bonjour, je vois que Franck vous a déjà bien pris en main. Bienvenue sur la ligne J et n’hésitez pas à nous suivre également sur notre fil Twitter @ligneJ_SNCF

    • Belgarath dit :

      Bienvenue sur la J ? Vous êtes encore plus cynique que je pensais !
      Le pauvre va très vite déchanter quand il sera confronté aux réalités quotidiennes de la ligne la plus aléatoire de l’histoire de la SNCF (ex : brouillard, feuilles mortes, chaleurs, froid, pluie, neige, grèves,…)

Les commentaires sont fermés.